Archives de novembre 2010

L’organisation World Religious Travel Association (WRTA) a vu le jour aux États-Unis il y a à peine trois ans, mais ils ont déjà des membres de partout dans le monde. Ils ont eu le génie de s’associer avec la National Tour Association (NTA) une des plus grandes association de tourisme regroupant des milliers de professionnels du tourisme de plus de 40 pays.

Leur salon avait lieu au Palais des congrès de Montréal, du 13 au 15 novembre 2010.  Il y avait des conférences et des séminaires qui s’adressaient principalement aux agents de voyages.  Le lundi, une conférence spéciale « Travel Ministry » s’adressait aux dirigeants religieux.  À peine une douzaine de personnes se sont présentés, mais il y avait des pasteurs de différentes églises, principalement des églises protestantes et catholiques.  Spiritours était commanditaire bronze pour le congrès WRTA et était spécialement impliqué dans cette conférence.  Anne Godbout, propriétaire de Spiritours, a donné un bref discours en affirmant que selon elle le tourisme religieux n’est pas compatible avec le tourisme de masse, qu’il faut encourager l’économie locale et le développement durable des populations visitées.  Il faut aussi favoriser la croissance spirituelle des participants, tout en respectant leur liberté, en proposant des temps de silence et d’intériorité, une démarche spirituelle et des temps de prière et de partage fraternel.

Ci-dessous une photo prise au kiosque de Palestine avec les pasteurs qui ont participé à la conférence sur le « Travel Ministry » lundi le 15 novembre 2010, Kevin J. Wright, président de la WRTA (deuxième à gauche, première rangée), Anne Godbout directrice générale de Spiritours (troisième à gauche, deuxième rangée) et Théa Van de Kraats, coordonnatrice pour Spiritours (première à droite, deuxième rangée)

WRTA 2010

22 novembre 2010 - Publié par Anne Godbout

[Spiritours: Voici un article publié dans le Journal de Montréal le mardi 16 novembre 2010 suite au colloque sur le tourisme religieux au Palais des Congrès du 13 au 15 novembre 2010.]

Par: Stéphanie Saucier, Agence QMI

Avec la canonisation récente du frère André, les touristes religieux sont plus nombreux que jamais à envisager de plier bagage en direction du Québec et de Montréal. L’Oratoire Saint-Joseph doublera à lui seul son nombre de visiteurs au cours des prochaines années, croient des spécialistes. Fondateur et président de la World Religious Travel Assiociation (WRTA), dont l’exposition annuelle a lieu ces jours-ci au Palais des congrès, à Montréal, Kevin J. Wright est sans équivoque: le tourisme religieux prend de l’expansion partout dans le monde.

Comme l’Oratoire Saint-Joseph a été sous les projecteurs lors de la canonisation du saint frère André, M. Wright croit que le tourisme religieux et spirituel vers le Québec augmentera.

DOSSIER À VOIR ou REVOIR

«Normalement, quand une personne est canonisée, le nombre de gens qui visite sa ville double au cours des années suivantes. Ça devrait aussi arriver à Montréal», a affirmé M. Wright. Selon lui, ce n’est pas nécessairement le nombre de croyants qui a augmenté, mais plutôt la façon dont ceux-ci vivent leur foi. «Dans les années 1980, 1% des films, de la musique et des livres laissaient la place à la religion. Aujourd’hui, c’est 5%. Les croyants ont décidé qu’ils voulaient lire et voir des films portant sur la foi, et maintenant, ils veulent voyager», a-t-il expliqué.  Ainsi, selon M. Wright, l’industrie du tourisme religieux s’est diversifiée. Certaines églises ont commencé à développer des programmes de voyages et produisent aussi de la documentation.

Propriétaire de l’agence de voyages de ressourcement Spiritours, à Montréal, Anne Godbout a vu sa clientèle passer de 100 à 1500 voyageurs en sept ans. «Notre volet de pèlerinage chrétien est très populaire et c’est probablement parce qu’on a renouvelé l’image du pèlerinage. On attire les jeunes, les adultes et les aînés, mais 80% de notre clientèle est composée de femmes», a indiqué Mme Godbout, qui croit elle aussi que la canonisation du saint frère André aura un impact positif sur l’industrie.

Conscients de ce regain d’intérêt envers la Belle Province, des sanctuaires du Québec travaillent en collaboration avec des associations touristiques régionales.

18 novembre 2010 - Publié par Anne Godbout

[Spiritours: Nous partageons avec vous une réflexion de Danielle Jones, envoyée spéciale de Télévision Sel et Lumière à Rome pour la canonisation du frère André et invitée spéciale de Spiritours. Danielle est monteure à S+L. Elle a été accueillie dans l’Église catholique au printemps.]

Il y a des moments dans la vie qui vous marquent à jamais, et pour plusieurs, la canonisation du frère André fait partie de ces moments-là. Pour ma part, et comme pour la plupart des pèlerins qui se sont rendus à Rome pour cet événement, c’est toute une semaine d’événements et de célébrations vécus d’un seul cœur dont nous nous souviendrons pour longtemps.

Danielle Jones à RomeJe faisais partie de la délégation de pèlerins allant à Rome sous l’égide de l’Oratoire Saint-Joseph grâce au travail de Spiritours, une agence de voyage qui proposent des voyages de ressourcement. La devise de Spiritours est Ouvrez vos yeux, votre cœur et votre esprit sur de nouveaux horizons du monde et de votre monde intérieur. C’est exactement ce qu’a permis ce pèlerinage. Ce n’était pas simplement une grande fête à Rome, c’était l’occasion de se retrouver, pèlerins de partout en Amérique du Nord, pour représenter nos frères et sœurs et réfléchir sur les grâces que Dieu nous donne. J’ai pu vivre cette expérience tout en réalisant quelques entrevues et reportages pour S+L.

Ensemble, nous avons logé au même hôtel, nous avons mangé et nous avons prié. Nous avons appris à nous connaître. Nous avons visité Rome et ces monuments sacrés où nous avons pu entonner prière et chant. Avec des milliers de personnes réunis Place Saint-Pierre, nous avons rendu grâce à Dieu pour les nouveaux saints qu’Il nous donne, nous avons spécialement célébré la vie de Saint André Bessette, notre saint à nous !

L’événement le plus émouvant fut sans aucun doute lundi matin, la messe d’action de grâce pour la canonisation du frère André. Ce matin-là, la joie des célébrations de la veille a atteint son sommet à l’église Sant’Andrea della Valle. Je retiens un passage de l’homélie du cardinal Turcotte :

Il est devenu un saint parce qu’il a beaucoup aimé Dieu et s’est entièrement mis à son service. Il est aussi devenu un saint parce qu’il a beaucoup aimé les hommes et les femmes qu’il a rencontrés sur sa route, en particulier les souffrants. Il a beaucoup prié pour eux et s’est mis entièrement à leur service. Cette «charité intense» dont on vient de nous parler dans la première lettre de saint Pierre Apôtre, le frère André en était imprégné. Ce désir de mettre «au service des autres» tous les dons qu’il avait reçus, le frère André le possédait. Les dons qu’il avait reçus étaient nombreux.

Ce pèlerinage fut une occasion pour nous pèlerins de nous rapprocher du frère André : d’aimer les hommes et les femmes qui cheminent avec nous, prier avec eux et pour chacun d’eux, partager notre vie et nos talents avec des étrangers, et de nous aider mutuellement sur le sentier de la foi.

Pèlerine et réalisatrice à la canonisation du frère André

- Publié par Anne Godbout

Vous aimez notre site? Recommandez-le!


Ce blogue est une gracieuseté du Groupe Spiritours