Archives de janvier 2011

Inspiré du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, ce genre de parcours s’est développé au Québec depuis une douzaine d’années. Bien que les pèlerinages revêtent un caractère religieux, tout marcheur peut participer, peu importe ses croyances religieuses ou les raisons qui le motivent. Le CHEMIN DES OUTAOUAIS longe la rivière des Outaouais, suit généralement des bords de routes peu fréquentées et des sentiers pédestres. Les marcheurs logent dans des locaux municipaux ou chez des communautés religieuses. Il y a 25 jours de départ à raison de six marcheurs par jour; et il est obligatoire de s’inscrire à l’avance puisque les lieux d’hébergement sont déjà établis pour les pèlerins-marcheurs.

CHEMIN DES OUTAOUAIS

L’itinéraire prend son départ à la basilique-cathédrale Notre-Dame, à Ottawa en Ontario, passe par le sanctuaire Notre-Dame-de-Lourdes, à Rigaud au Québec, tout en longeant la rivière des Outaouais, et prend fin à l’oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, à Montréal, le sanctuaire fondé par le saint frère André, canonisé par Benoit XVI en octobre dernier. L’itinéraire peut se prolonger jusqu’au sanctuaire de Sainte-Anne-de-Beaupré (375 km), situé à 30 kilomètres à l’est de la ville de Québec, en s’inscrivant au Chemin des Sanctuaire Montréal – Sainte-Anne-de-Beaupré.

Longueur : 230 km
Nombre de jours : 12
Période des départs :
du 25 mai au 18 juin
Renseignements :
819 777-6023

www.chemindesoutaouais.ca

27 janvier 2011 - Publié par Anne Godbout

La nouvelle tant attendue a finalement fait le tour du monde vendredi dernier : le polonais le plus populaire de l’histoire : Karol Wojtyla – Jean-Paul II pour les croyants – sera béatifié sur la Place St Pierre de Rome, le dimanche 1er mai prochain, par le pape Benoît XVI.

L’équipe de Spiritours – dont plusieurs membres ont participé à des événements en présence du saint Père défunt – a accueilli cette nouvelle avec une très grande joie.

Il ne manquait que la reconnaissance officielle d’un miracle authentique pour que Jean-Paul-le-Grand, comme l’appelle affectueusement son successeur, soit associé à un tel honneur. Le décret, authentifiant la guérison inexpliquée scientifiquement de sœur Marie-Simon-Pierre Normand, une Française d’origine souffrant de la maladie de Parkinson, ouvre maintenant la voie à l’élévation de Jean-Paul II au rang des bienheureux.

Serez-vous présent? L’événement ne manquera par d’attirer des centaines d’admirateurs du Saint-Père défunt dans la ville éternelle, voir un million de curieux. Et combien de jeunes, là-dessus, qui ont grandi avec le pape, d’une Journée Mondiale de la Jeunesse à l’autre?

Faites partie de l’histoire

Spiritours est heureux de vous offrir différents forfaits vers Rome afin de vivre en direct ce moment inoubliable. Réservez dès maintenant votre départ, car les places sont limitées.

18 janvier 2011 - Publié par Michel Lizotte

Spiritours est fière de permettre annuellement à des milliers de voyageur de réaliser leurs rêves en s’envolant aux quatre coins du monde. Toutefois, la préservation de la couche d’ozone et de l’environnement nous préoccupe grandement. C’est pourquoi, depuis l’automne dernier (2010), tous nos formulaires d’inscription offre l’option d’acheter des « crédits de compensation » lorsque les destinations incluent un trajet aérien.

Mais qu’est-ce qu’un « crédit de compensation » au juste? Le Crédit de compensation d’émission de carbone est un concept né au cours de la dernière décennie en Europe. C’est une monnaie non visible, échangeable, un peu comme le sont les actions à la bourse. Il est le cœur d’un système de compensation remarquable.

Illustrons le tout : vous utilisez votre voiture à essence tous les jours et, ce faisant, vous ajoutez une certaine quantité de gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère. L’invention du crédit compensatoire (aussi appelé crédit de carbone) vous permet dorénavant de compenser cette pollution. Il suffit simplement d’acheter un nombre de crédits correspondant à la quantité de pollution que vous avez émise. L’argent versé sert ensuite à financer des projets qui réduisent autant la quantité de gaz à effet de serre que la quantité que vous avez ajoutée. Bref, au bout du compte, vous aurez eu un effet neutre dans l’atmosphère. Brillant n’est-ce pas ?

Mais dans quel projet Spiritours investi-elle cet argent?  Disons d’abord que Spiritours ne sert que d’intermédiaire dans ce processus. Celui qui émet réellement ces crédits et qui reçoit, en échange, l’argent perçu par Spiritours, est un organisme sans but lucratif qui s’appelle Planetair.

Véronique Morin est directrice de projets chez Planetair. Nous lui avons demandé de nous en dire plus sur l’entreprise pour laquelle elle travaille. « Notre OSBL développe des projets d’efficacité énergétique et d’énergie renouvelable. Nous travaillons, par exemple, au nord du Madagascar, à démanteler un parc de génératrices très polluantes, fonctionnant au diésel, servant à l’alimentation électrique des habitants. Nous les remplaçons par un parc d’éoliennes qui produit de l’énergie renouvelable et non polluante. »

En tout, Planetair investit les sommes récoltées dans une dizaine de projets internationaux comme celui de Madagascar. « On s’occupe aussi de produire de l’électricité par biomasse en Inde, de construire une mini centrale hydroélectrique en Indonésie, etc. Chaque projet doit engendrer des retombés économiques locales comme la formation de la population touchée et la création d’emplois à long terme. « Car, précise-t-elle, les projets sont pris en charge par la population locale et non par des organisations internationales ».

« Toute personne sensibilisée à son impact dans l’environnement peut ainsi acheter des crédits sur notre site internet ou par l’un de nos partenaires (comme Spiritours). Que ce soit la personne qui conduit sa voiture ou celle qui voyage en avion, tout le monde peut faire une différence » ajoute Mme Morin.

Fait à noter, Spiritours offre à sa clientèle la possibilité de compenser les effets néfastes de leur vol aérien soit en totalité ou partiellement. C’est ainsi que l’on espère sensibiliser de plus en plus de voyageurs sur le rôle qu’il peut jouer afin d’assurer aux générations à venir qu’elles hériteront elles aussi d’une planète propre et féconde.

13 janvier 2011 - Publié par Michel Lizotte


Que diriez-vous de tronquer la neige et le froid pour le sable doré et chaud du Sahara et les plages de rêve de la Méditerranée?

Spiritours vous offre de mettre l’hiver entre parenthèses en réalisant un voyage de ressourcement exceptionnel : Tunisie et Sahara, « Retour à l’Essentiel », du 17 au 28 mars 2011. Le départ est garanti!

Le Sahara, pour plusieurs, relève de cette magie particulière forgée à l’impensable et à l’austérité de ces espaces de silence. Ce désert, en bon miroir, vous reflète ce que vous avez de vaste, d’accueillant et d’essentiel en vous-même.
Nous vous invitons donc à la porte du désert, c’est-à-dire un lieu à la fois sécuritaire et enchanteur où il vous sera donné d’apprécier, entre autres choses, un oasis unique où contempler une facette différente de la vie.
Découvrez aussi les trésors naturels et culturels de cette terre de sérénité, comme le colisée El Djem, les maisons troglodytes de Matmata et la mosquée de Kairouan, ainsi que sa côte méditerranéenne et les îles de Kerkennah où le temps semble s’être arrêté.

Décider d’y aller, c’est déjà reconnaître en soi ce désir de revenir à l’essentiel !

Date limite d’inscription: 17 janvier 2011.

Pour plus d’information


7 janvier 2011 - Publié par Michel Lizotte
compostelle centré
Le département de théologie de l’Université Concordia innove cette année en offrant, au semestre d’été 2011, un tout premier cours sur le thème du « Pèlerinage ».

Les enseignements et travaux prévus seront conçus pour consolider une expérience très concrète de pèlerinage qui sera vécue, durant 22 jours, sur le chemin de Compostelle, en Espagne, en mai 2011, sous la direction du Dr. Matthew Anderson.

Spiritours est fier d’être le voyagiste officiel retenu par l’Université Concordia pour assurer la logistique et le succès du pèlerinage qui sera vécu par un maximum de 20 étudiants.

Pour plus d’information cliquez ici

- Publié par Michel Lizotte
RÉSEAU DE VEILLE EN TOURISME

Siham Jamaa

Siham Jamaa, analyste au réseau de veille en tourisme de l’école des sciences de la gestion de l’UQÀM, nous confiait récemment que le tourisme religieux est en croissance un peu partout dans le monde.

On remarqué aussi que certains préjugés et mythes tombent  comme la croyance qu’il s’agit d’un tourisme rudimentaire et éprouvant et qu’il n’attire que des croyants fervents.

« On se rend compte que l’offre en matière d’hébergement peut être luxueuse et que les touristes ont des motivations diverses et variées: un défi physique, mentale ou son développement personnel. »

Spiritours vous invite à visiter le site du réseau de veille pour découvrir les nouvelle tendances ainsi que de nombreuses analyses pertinentes touchant le domaine du tourisme en général, dont trois analyses très intéressantes sur le tourisme religieux.

- Publié par Michel Lizotte

Vous aimez notre site? Recommandez-le!


Ce blogue est une gracieuseté du Groupe Spiritours