Archives de novembre 2011

Marcher en silence dans le désert est une des plus haute forme de méditation qui existe. Le désert nous propose d’une part, le dénuement complet et, d’autre part, une multitude de richesses insoupçonnées. Il permet de prendre une pause, un temps d’arrêt et de s’extirper de notre mode de vie occidental, mode de vie dit « civilisé ». Le désert, c’est un paysage à couper le souffle, des dunes à perte de vue, un silence. On ressent une grande paix dans le désert où tous nos repères habituels s’évanouissent pour faire place à une nouvelle réalité intérieure.
Ginette Gaudreault


De fines rides apparaissent sur le lit du lac. Le vent se lève.
Ainsi, l’invisible se rend visible à l’oeil…
Mémoire d’un vieux conte zen.
À 600 milles à l’heure1

Par Guy J. Giguère

C’est un peu là où je me situais, du moins où je pensais me situer, tant personnellement que professionnellement, lorsque j’ai débuté une certaine recherche pour un moment de calme, un lieu de paix.

Février 2004 et je terminais à peine un cycle d’un an qui m’avait apparu infernal : la fin d’une relation avec une personne qui m’était chère, le démarrage d’une petite entreprise de service jumelé au départ prématuré du seul associé, une redéfinition de l’objectif professionnel – une crise et une quête de sens tout à la foi – et, au tournant, la cinquantaine qui commençait à me narguer.

Bref, TOUT allait trop vite et j’avais l’impression de ne rien contrôler, d’être en pleine chute libre. Pour quelqu’un qui aime bien le plancher des vaches, c’est une sensation assez désagréable, parfois affolante… proche de la panique même. Il était temps réduire la vitesse. Mieux encore j’avais besoin d’une pause pour faire le point

J’avais toujours rêvé du Sahara !…Et c’est à ce moment, en furetant sur Internet et en y joignant mes mots clés ¨Sahara, méditation et paix¨ que j’ai découvert Spiritours… des tours pour la spiritualité ? Des voyages de ressourcement…c’était justement ce dont j’avais besoin. Un premier contact amical, une rencontre empreinte de simplicité m’a convaincu de ce désir d’aller marcher dans le désert et retrouver l’essentiel… en moi !

12 novembre 2011 - Publié par Anne Godbout

Par Patrick Côté, ptre

J’étais étonné d’entendre dans ma paroisse des gens qui voulaient savoir comment avaient été mes vacances en Espagne. Je leur répondais que ce n’était pas des vacances, mais un pèlerinage. Plusieurs me diront que pendant ce voyage, il y a eu de bons moments et des visites de toutes sortes. Je ne peux le nier. Cependant, lorsque j’ai fait ce pèlerinage au Journées Mondiales de la Jeunesse à Madrid du 6 au 25 août 2011, je suis allé à la rencontre de quelqu’un. Et c’est le Christ.

C’est d’ailleurs le message central de ce rassemblement de plus de 1.5 millions de jeunes. Le pape a invité ces jeunes à se faire des intimes du Christ. Il a expliqué au monde, que les jeunes étaient d’abord rassemblés pour rencontrer le Christ. Et ces jeunes ont perçu dans la personne du pape, le Christ vivant. Dans une société comme la nôtre qui rejette tout leadership ou bien toute autorité, des jeunes du monde ont proclamé sans faille leur attachement au pape. Les « Benedicto » chantés sans relâche étaient un cri du cœur. Dans notre groupe, nous avions beaucoup de jeunes dont c’était la première expérience aux JMJ, et qui ont été très impressionnés par l’atmosphère qui régnait durant ces rassemblements à la Plaza Cibeles ou bien à la messe de clôture.

Ma rencontre avec Jésus-Christ s’est passée à un niveau plus intérieur. J’ai aussi rencontré le Christ. C’est à travers l’émerveillement des jeunes du groupe. C’est à la solidarité de deux groupes qui se sont réunis et qui ont fusionné. C’est à la fraternité que ces jeunes ont pu développer dans des conditions parfois difficiles. C’est de voir le dépassement qu’ils ont accomplis pour  arriver à la fin du voyage. J’ai appris la leçon et elle a été longue à apprendre. Cette leçon, c’est que les jeunes ont soifs de Dieu et qu’ils ont soifs de témoins. Ils ont soifs que les adultes s’intéressent à eux. Ils sont beaux à l’intérieur. Ils sont pleins de vie et ils méritent que je leur accorde mon temps.

1 novembre 2011 - Publié par Anne Godbout

Vous aimez notre site? Recommandez-le!


Ce blogue est une gracieuseté du Groupe Spiritours