Archives de juin 2018

Véritable espace personnel, le jardin intérieur est un lieu dans lequel on aime se réfugier pour mieux se retrouver et se construire. Dès le plus jeune âge, nous cultivons notre jardin, même s’il arrive parfois que nous le laissions en friche pendant longtemps.

Qu’est ce qui se trouve dans notre jardin intérieur ?

Si l’intimité était un lieu, elle serait probablement ce petit jardin discrètement enfoui dans un coin de notre cerveau. Nous y mettons nos pensées, nos souvenirs, nos passions, nos envies… Bref, tout ce que nous souhaitons garder jalousement pour nous et que nous ne voulons pas confronter, pour le moment, au regard des autres.

Comment bien cultiver son jardin intérieur?

Pour créer un jardin conforme à ses envies, il faut savoir ce que l’on veut y mettre afin qu’il prenne forme et que les graines qui y sont plantées deviennent de magnifiques fleurs. Évitez donc les pensées négatives qui viendraient polluer votre sol avec de mauvaises herbes. Cultiver son jardin intérieur signifie aussi prendre du temps pour assouvir ses passions, donner du sens à sa vie, réaliser ses rêves. C’est dans ce lieu que vous mettez tous vos projets en attente pour qu’ils mûrissent avant que vous les réalisiez.

7 juin 2018 - Publié par Anne Godbout

J’ai participé à une messe spéciale pour les amis du Frère André avec une collègue de travail. Cette dernière m’a demandé, à cette même occasion, si j’aimerais l’accompagner en Terre Sainte, avec le prêtre de sa paroisse comme animateur spirituel. Elle m’a parlé du programme de ce pèlerinage qui était organisé par Spiritours, ça me semblait intéressant et j’ai dit oui.

J’ai eu la chance de visiter Jérusalem, Bethléem, Nazareth et même de faire une incursion en Jordanie; une marche dans le désert du Wadi-Rum, une visite à Pétra ainsi qu’une baignade dans la Mer Morte. Comme nous étions en pèlerinage, une messe était célébrée chaque jour dans des lieux symboliques. J’ai redécouvert les textes de la Bible lors des célébrations eucharistiques. Le fait d’être sur les lieux mêmes où certains des événements de l’Évangile se sont déroulés m’a permis de voir ma religion sous un autre angle.  

J’ai retrouvé une sérénité lors de ce voyage; c’est au Mont des Béatitudes que j’ai laissé sortir cet immense chagrin que je n’avais pas réussi à évacuer depuis la perte de mon père. Je suis donc revenue de la Terre Sainte avec une paix intérieure.

3 juin 2018 - Publié par Anne Godbout

Vous aimez notre site? Recommandez-le!


Ce blogue est une gracieuseté du Groupe Spiritours