Archives de mars 2019

Quel est ce lieu ? Quel est ce temps ? Que voulons-nous en faire ?
Et surtout, que veut faire l’Esprit Saint de ce temps avec nous ?

C’est Lui qui en effet, comme avec Jésus, nous pousse avec toute l’Église au désert. Il doit donc en être l’animateur, l’âme.
Cela nécessite déjà la disposition suivante, celle d’une écoute intérieure et d’une veille intérieure, renouvelées.
Le désert, lieu de silence et de solitude nous y fait entrer. Il est marqué par une invitation : « quitter les rumeurs du quotidien pour nous plonger dans la présence de Dieu ». Son lieu : vivre de la Présence de Dieu.
Notre âme est Un Ciel. Dieu le Père, le Fils et l’Esprit Saint y sont présents. Nous ne sommes jamais seuls. C’est là, à l’intime, par le mouvement de rentrer en soi-même, que nous retrouvons la Source Originelle de notre vie, de nos désirs, de notre aspiration au bonheur – une Rencontre Essentielle.

Quel est ce temps, quarante jours, quarante nuits ?
Ce laps de temps nous indique que nous arriverons à un terme.
Le temps du carême est une préparation à la célébration du Triduum Pascal, c’est à dire à la célébration de la mort et de la Résurrection du Christ.
Il nous faut bien prendre conscience que c’est le fait historique de notre Rédemption que nous allons célébrer, mais aussi et surtout de revivre le mystère lui-même, et de nous en approprier sa vertu, son fruit.
Autrement dit, en recueillir sa grâce qui est Salut, Vie Éternelle (Jn 17,2).
Et pour que les effets de ce mystère soient plus abondants pour nous et pour tous nos frères et sœurs en humanité, nous nous préparons par un cœur purifié : « C’est la gloire de mon Père que vous portiez beaucoup de fruits » (Jn 15,8).
Des trois observances préconisées, que sont le jeûne, l’aumône et la prière, doit en résulter un cœur purifié. Quant à l’âme de ces observances, elle doit être guidée par la Charité, l’Amour. Notre Seigneur Jésus recommandera à sainte Angèle de Foligno : « Je ne t’impose rien que tu ne t’imposes par amour ».

Que la Charité, qui est l’Esprit Saint, abonde en nos cœurs, afin qu’Il vienne féconder ce temps de grâce, ce temps de joie, ce temps de Salut…

Voici le temps favorable, voici le Jour du Salut !

Par: frère Laurent Marie Marchand o.c.d., animateur spirituel pour le voyage de Spiritours en Terre Sainte du 22 mai au 1 juin 2019

18 mars 2019 - Publié par Anne Godbout

Toute marche consciente est une marche spirituelle.

Par définition, dès que la respiration est engagée, on rejoint le «spirituel». De la simple matérialité à l’esprit qu’il évoque, le souffle est le premier et dernier réflexe de l’humain. Ainsi, par sa nature même, ce dernier est un être spirituel. Le voyage d’une vie est en quelque sorte de s’en rappeler. Chaque instant contient son potentiel, mais assurément la marche fait partie des fonctions naturelles qui permettent, comme on dit, de se rappeler qui on est. N’est-il pas vrai que dès les premiers mouvements, l’enfant n’a de cesse de diriger sa volonté et ses muscles vers cet ultime objectif: Marcher. Dès lors, la marche devient partie intégrante de son identité, et ce pour la vie. C’est pourquoi la déambulation contient le potentiel de nous ramener à l’essentiel, c’est-à-dire à soi, ici et maintenant.

8 mars 2019 - Publié par Anne Godbout

Vous aimez notre site? Recommandez-le!


Ce blogue est une gracieuseté du Groupe Spiritours