Articles de la catégorie Pèlerinage

Je reviens d’un séjour de deux semaines en Israël et Jordanie. En effet, malgré les inquiétudes qui m’habitaient et les papillons au ventre, je suis partie avec un groupe de SPIRITOURS du 20 octobre jusqu’au 2 novembre 2015.

D’abord, il m’importe de préciser que je suis une femme aucunement intrépide, téméraire ou audacieuse. Au contraire, je dois constamment affronter mes peurs car je sais que mon insécurité tend à les amplifier.

Vous pouvez vous imaginer quelle fut ma réaction lorsque j’entendis aux nouvelles télévisées que des Palestiniens et des Israéliens s’affrontaient dans Jérusalem Est. La réservation pour mon voyage était faite depuis longtemps et le montant déboursé. Je vérifie alors sur Internet et je ne vois aucune interdiction gouvernementale officielle aux Canadiens d’aller dans ce pays. Dès lors, si j’annule, je dois en assumer totalement les frais. Les papillons persistent. SPIRITOURS confirme que le voyage est maintenu. Je peux vous certifier que si mon billet n’avait pas été acheté, je n’aurais jamais envisagé aller là-bas par les temps qui courent. Alors, le 20 octobre, je prends l’avion en me croisant les doigts.

2 décembre 2015 - Publié par Anne Godbout

Par : Mark Langlois

Musique et spiritualité se conjuguent dans ces trois capitales de l’Empire Austro-Hongrois, Vienne, et puis Prague et Budapest. Même si la pratique religieuse y est à la baisse, il reste que le fait spirituel persiste à travers la présence de nombreux édifices religieux et de la musique d’inspiration religieuses, tant classique que contemporaine. Et les habitants de ces trois villes se retrouvent inévitablement dans des lieux où Vienne ne peut que rappeler la gloire de l’Empire Austro-Hongrois. Ses monuments grandioses se situent surtout dans l’enceinte du célèbre Ring, dominé par le palais royal (Hofburg).

C’est dans sa chapelle (Hofmusikkapelle) qu’on peut entendre les Petits chanteurs de Vienne (Wiener Sängerknaben) chanter une messe de Mozart, de Schubert, ou de tant d’autres là où pendant des siècles se recueillaient les membres de la famille impériale.on célèbre leur héritage musical et religieux. Spiritualité n’est pas nécessairement nommée,  mais elle baigne la réalité quotidienne depuis des siècles.

- Publié par Anne Godbout

Par: Marie-Claire Landry, membre de RIAQ-VOYAGES

La raison principale pour laquelle nous avons décidé, mon conjoint et moi, d’entreprendre ce périple tient d’un hasard heureux auquel nous avons donné substance. Les stimulations engrammées tôt dans l’enfance gardent un parfum particulièrement persistant : mon prénom est Claire et, depuis ma première communion, alors que l’on m’avait offert un album illustré du récit de la vie de ma patronne, fondatrice des Clarisses,  j’étais sous le charme d’Assise, cette ville moyenâgeuse où François et Claire ont vécu une destinée qui allait bouleverser la terre des hommes.

Le mode de vie franciscaine est particulièrement intéressant en ce qu’il est truffé de paradoxes forts, rigoureux et indébusquables qui peuvent alimenter une quête de sens exigeante pour n’importe quel humain.

François, fils choyé d’une famille bourgeoise cossue d’Assise, après une jeunesse particulièrement riche en valeurs d’ « avoir », telles que compétition, possession de biens en quantité, apparences, consommation excessive, gaspillage, séduction, effectue un changement de cap à 180 degrés, pour s’engager avec la même fougue dans une vie d’ « être » au service de valeurs humaines telles qu’humilité, générosité, fraternité, égalité, liberté, confiance, écologie, respect, simplicité…

29 mai 2015 - Publié par Anne Godbout

Bonjour, 

Je suis Jean-Luc Blanchette, prêtre du diocèse de Nicolet et actuellement, curé de la paroisse St-Nicéphore de Drummondville. Depuis trois ans, j’ai ce beau privilège de pouvoir accompagner des groupes lors de pèlerinage avec Spiritours, agence que j’apprécie beaucoup pour leur personnel, leurs conseils, leur soutien et la foi qui les anime. J’ai d’abord participé comme pèlerin à un pèlerinage en Grèce et Turquie en 2009, de même qu’en Terre-Sainte en 2010.

Je suis allé vivre une expérimentation en Terre-Sainte en 2012 avec un groupe du diocèse de St-Jérôme et depuis, j’accompagne mes propres groupes. Je suis allé en Israël et Jordanie avec 38 personnes en octobre 2013, j’ai vécu un pèlerinage en Italie du Nord avec 28 personnes en octobre 2014 et je me prépare pour retourner en Israël en octobre 2015.

C’est un beau privilège pour moi de vivre de telles expériences et j’ai une grande joie à préparer ces pèlerinages en me faisant tout proche de la Parole de Dieu. Les gens qui forment mes groupes proviennent généralement de la paroisse où je suis ou de paroisses où j’ai œuvré dans le diocèse. Je suis émerveillé de constater à quel point le Seigneur travaille le cœur des gens par de telles expériences.

Quelle joie de proclamer la Parole de Dieu, de célébrer l’eucharistie, de proposer des méditations à Bethléem, sur les bords du Jourdain, au Cénacle, en la basilique St-Marc de Venise, dans les catacombes, parfois sur une pierre près du lac de Tibériade, etc. Comme prêtre et comme croyant, je reviens profondément transformé de ces pèlerinages et je considère que cela fait partie de mon ministère. Les pages d’Évangile prennent vie sous nos yeux.

Je croyais qu’une telle intensité était uniquement possible en Terre-Sainte, mais mon expérience en Italie a été tout aussi forte. Ce qui m’émerveille aussi, c’est qu’au retour, les gens de la communauté chrétienne aiment en entendre parler. Personnellement, je fais un montage de photos et musique sur DVD pour les membres du groupe et j’en fais une diffusion en paroisse qui regroupe facilement soixante-quinze personnes.

J’aime aussi mettre sur pied de petits montages de photos afin de soutenir une proclamation d’évangile ou d’homélie. Je rends grâce au Seigneur pour tout ce que je vis dans de telles expériences. Merci à toute l’équipe de Spiritours de nous soutenir dans de tels projets !

Soyez bénis ! Shalom…

Jean-Luc Blanchette, ptre

20 mars 2015 - Publié par Anne Godbout

Paix à vous tous, pèlerins, amis et accompagnateurs de Spiritours!

En août dernier j’ai eu la grâce d’accompagner un groupe de 11 pèlerins en Irlande sur les pas de Saint-Patrick en communion avec M. Mark Langlois, guide chevronné et dévoué.

Ce fut un véritable pèlerinage en ce que la présence du Seigneur et l’action de sa grâce furent à plusieurs reprises reconnues et louées,spécialement lors des relectures et des témoignages que nous avions le bonheur de partager au terme de chacune de nos journées.

L’itinéraire avait été soigneusement élaboré mais chacun sait qu’après avoir tout organisé avec diligence, l’Esprit de Dieu sait nous surprendre et nous étonner!

La montée vers Croagh Patrick, l’Eucharistie au Sanctuaire de Knock ainsi que la navigation vers l’île Skellig, pour ne nommer que les principaux, furent des moments très forts de fraternité et de contemplation.

Il est vrai que

29 septembre 2014 - Publié par Anne Godbout


L’abbé Robert Charron, prêtre au diocèse de Rouyn-Noranda, a accompagné un pèlerinage à Lourdes et dans les sanctuaires du Sud de la
France avec Spiritours.  Il nous partage ses impressions.

Depuis longtemps j’ai réalisé que le fait de visiter des lieux et des habitations célèbres ne nous communique pas nécessairement l’émotion qui s’y rattache ni ce qui s’y est vécu à moins que l’on ait une préparation intérieure, un attrait, une sympathie ou une ferveur très grande en dedans de nous qui s’épanouit quand on se retrouve dans les lieux ou bâtiments qui nous sont chers.

C’est pourquoi les réaction et impressions des 23 participants de notre voyage à Lourdes varient selon les personnes et les motivations à s’inscrire à ce voyage, selon leurs centres d’intérêts et leurs sensibilités pour tel endroit, tel saint honoré dans un sanctuaire. 

Ce préalable étant établi, je puis dire que ce fut un très beau pèlerinage.  Et, j’imagine, comme tout pèlerinage où on se met en route à la fois physiquement, mentalement et spirituellement, on ne sait pas toujours où on ira et où cela nous mènera.  Ainsi, pour ma part, bien que je sois déjà allé à Ars, paroisse du Curé D’Ars, je fus frappé par le saint qu’il a été simplement en visitant son presbytère et le beau musée de cire qui nous le rend presque vivant devant nous.

11 octobre 2013 - Publié par Anne Godbout

Vous aimez notre site? Recommandez-le!


Ce blogue est une gracieuseté du Groupe Spiritours