Articles de la catégorie Spiritualité

Par : Mark Langlois

Musique et spiritualité se conjuguent dans ces trois capitales de l’Empire Austro-Hongrois, Vienne, et puis Prague et Budapest. Même si la pratique religieuse y est à la baisse, il reste que le fait spirituel persiste à travers la présence de nombreux édifices religieux et de la musique d’inspiration religieuses, tant classique que contemporaine. Et les habitants de ces trois villes se retrouvent inévitablement dans des lieux où Vienne ne peut que rappeler la gloire de l’Empire Austro-Hongrois. Ses monuments grandioses se situent surtout dans l’enceinte du célèbre Ring, dominé par le palais royal (Hofburg).

C’est dans sa chapelle (Hofmusikkapelle) qu’on peut entendre les Petits chanteurs de Vienne (Wiener Sängerknaben) chanter une messe de Mozart, de Schubert, ou de tant d’autres là où pendant des siècles se recueillaient les membres de la famille impériale.on célèbre leur héritage musical et religieux. Spiritualité n’est pas nécessairement nommée,  mais elle baigne la réalité quotidienne depuis des siècles.

2 décembre 2015 - Publié par Anne Godbout

Ce palmarès vous emportera dans les pays lointains étant le lieu culte de certaines religions dans le monde. D’autres lieux sont un havre de beauté, sérénité et paix qui porteront votre esprit dans un cheminement inoubliable. Plusieurs de ces pays ont des monuments et sites classés dans le patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.
Voici le top 10 des destinations à faire dans une quête spirituelle.
1. Jérusalem en Israël
Jérusalem est au cœur de l’histoire sainte de la vie du Christ de par sa vie, sa mort et sa résurrection. Les textes de la nouvelle bible prennent un nouveau sens grâce à l’empreinte de chaque lieu ainsi que les symboles présents dans la ville. C’est la découverte de la diversité et la richesse des chrétiens de par leurs rites, leurs mœurs, les traditions. Un pèlerinage dans la Terre sainte reste l’un des plus beaux voyages.
2. La Mecque en Arabie Saoudite
Une grande ville située à l’ouest de l’Arabie Saoudite à quelques dizaines de kilomètres de la mer rouge. C’est dans cette ville que se trouve la grande mosquée Masjid Al-Haram. La Mecque est le foyer de la vie religieuse musulmane. L’un des cinq piliers de l’islam tout croyant doit faire un pèlerinage dans ce lieu saint au moins une fois dans le cheminement d’une vie.
3. Vatican
Faire un pèlerinage de quelques jours en passant par Rome afin de visiter le Vatican. Cette place offre également des visites culturelles, des découvertes ludiques spécialement intéressantes si vous faites le périple avec des jeunes.
4. Tibet
Accomplir un pèlerinage bouddhiste sur les sites sacrés vous donnera projection d’avenir et une grande sérénité. Peut importe votre niveau d’engagement un voyage au Tibet est exceptionnelle tant par la spiritualité légendaire des moines tibétains ainsi que leur guide spirituel le Dalaï-Lama.

18 mai 2012 - Publié par Anne Godbout

par: Dr Christine Angelard

Comme certains le savent déjà,  aura lieu un voyage cet été:  sur les pas de Marie Madeleine , en Provence, ou comment retrouver le chemin du coeur, voyage organisé par Spiritours… Je viens ici donner quelques précisions:  En effet retrouver le chemin du coeur ne nécessite pas de partir forcément quelque part  : c est un chemin qui peut se faire n’importe où et parfois même sans sortir de chez soi: les plus grands voyages sont intérieurs, mais aller dans des lieux chargés d’histoire et riches d’énergie ne peut que nous aider à entreprendre ce Voyage intérieur…

Marie Madeleine est le principe féminin oublié, malmené surtout, dans la tradition chrétienne; après des siècles de machisme dans la tradition judéo chrétienne, on a consenti à faire une place et une grande place à la divinité mère: Sara, Marie…mais pas vraiment de place à la femme…  Et si la place de Marie, de l’amour  inconditionnel dans l’acceptation totale  de quelque chose d’immense et inconnu qui se met en place à travers Elle,  est un modèle d’abandon et de grâces , le principe féminin est effacé; La fonction maternante d’abandon et d’acceptation prend toute la place. Marie madeleine est un autre aspect de la femme aimante :  la femme  soignante:  elle prend soin de la VIE qu elle perçoit toute Autre chez “l’enseigner “: Celui qui chemine sur les routes à son époque et qu’on appelle Jésus. Elle est celle qui connait les

25 avril 2012 - Publié par Anne Godbout

Le 28 août 2011, le Ciel a accueilli un grand homme qui a laissé un héritage extraordinaire aux Québecois et à toute l’humanité. Jean Monbourquette, auteur de nombreux best-sellers, prêtre,o.m.i. et psychologue, a consacré une grande partie de sa vie a transmettre par ses livres et conférences, le fruit de ses études et de son expérience de vie, principalement sur le deuil, la mission de vie, l’estime de soi et le pardon.

Son livre A chacun sa mission m’a profondément marquée. C’est en faisant les exercices suggérés dans son ouvrage que j’ai eu l’inspiration de fonder Spiritours. On me l’avait offert en l’an 2000 alors que j’étais à un carrefour de ma vie et ne savais plus dans quelle direction m’orienter. Je suis partie en voyage avec ce livre dans lequel je me plongeais quotidiennement. Jean Monbourquette affirme justement que : « il est essentiel, surtout aux moments de transition de la vie, de se retirer de ses activités habituelles pour entrer en soi-même et réfléchir sur le rêve de son âme » et c’est justement ce que j’ai fait. L’expérience d’une immersion dans une autre culture combinée avec les réalités que je découvrais grâce au livre A chacun sa mission m’ouvrait les yeux, le coeur et l’esprit sur de nouveaux horizons du monde et de mon monde intérieur. Plus tard c’est devenu le slogan de Spiritours, mais c’est vraiment ce que j’ai vécu. Trois ans plus tard, en 2003, j’ai fondé Spiritours, un voyagiste spécialisé dans l’organisation de voyages de ressourcement afin de permettre à des individus de s’arrêter, de faire le point dans leur vie et de se ressourcer.

En 2007, je suis allée rencontrer Jean Monbourquette lors d’une conférence qu’il donnait au Centre Saint-Pierre afin de le remercier pour le cadeau qu’il m’avait fait à travers son livre et pour qu’il sache quels fruits il avait fait naître.  Je l’ai invité à participer à un de nos voyages comme invité spécial et conférencier. Il a accepté, mais malheureusement, environ 10 jours avant le départ son médecin lui a interdit de faire ce voyage à cause de son anévrisme. Tous étaient très déçus, lui le premier. Heureusement une dame formée par Jean Monbourquette, Thérèse Landry, animait les ateliers et nous avons pu visionner une vidéo du père Monbourquette sur le thème de l’unique conférence qu’il devait donner. Deux ans plus tard il est venu nous rencontrer aux bureaux de Spiritours à Montréal avec Isabelle d’Aspremont. Nous planifions un voyage en France sur le thème du pardon, mais ce voyage fut, hélas, annulé. J’ai en souvenir une vidéo promotionnelle que nous avions montée avec lui et Télévision Sel et Lumière pour ce voyage. Il croyait en la mission de Spiritours et ça m’a beaucoup touché. Il va me manquer!

Anne Godbout

5 janvier 2012 - Publié par Anne Godbout

Marcher en silence dans le désert est une des plus haute forme de méditation qui existe. Le désert nous propose d’une part, le dénuement complet et, d’autre part, une multitude de richesses insoupçonnées. Il permet de prendre une pause, un temps d’arrêt et de s’extirper de notre mode de vie occidental, mode de vie dit « civilisé ». Le désert, c’est un paysage à couper le souffle, des dunes à perte de vue, un silence. On ressent une grande paix dans le désert où tous nos repères habituels s’évanouissent pour faire place à une nouvelle réalité intérieure.
Ginette Gaudreault


De fines rides apparaissent sur le lit du lac. Le vent se lève.
Ainsi, l’invisible se rend visible à l’oeil…
Mémoire d’un vieux conte zen.
À 600 milles à l’heure1

Par Guy J. Giguère

C’est un peu là où je me situais, du moins où je pensais me situer, tant personnellement que professionnellement, lorsque j’ai débuté une certaine recherche pour un moment de calme, un lieu de paix.

Février 2004 et je terminais à peine un cycle d’un an qui m’avait apparu infernal : la fin d’une relation avec une personne qui m’était chère, le démarrage d’une petite entreprise de service jumelé au départ prématuré du seul associé, une redéfinition de l’objectif professionnel – une crise et une quête de sens tout à la foi – et, au tournant, la cinquantaine qui commençait à me narguer.

Bref, TOUT allait trop vite et j’avais l’impression de ne rien contrôler, d’être en pleine chute libre. Pour quelqu’un qui aime bien le plancher des vaches, c’est une sensation assez désagréable, parfois affolante… proche de la panique même. Il était temps réduire la vitesse. Mieux encore j’avais besoin d’une pause pour faire le point

J’avais toujours rêvé du Sahara !…Et c’est à ce moment, en furetant sur Internet et en y joignant mes mots clés ¨Sahara, méditation et paix¨ que j’ai découvert Spiritours… des tours pour la spiritualité ? Des voyages de ressourcement…c’était justement ce dont j’avais besoin. Un premier contact amical, une rencontre empreinte de simplicité m’a convaincu de ce désir d’aller marcher dans le désert et retrouver l’essentiel… en moi !

12 novembre 2011 - Publié par Anne Godbout

Nous voici donc à l’automne.  L’été est passé avec ses nouvelles pousses; l’hiver s’en vient avec ses courtes journées et sa froidure.  Mais aujourd’hui c’est l’automne !  Plein des fruits, de graines, sont tombés sur le sol… et sont déjà promesses de nouvelles pousses au printemps prochain !

Ça me fait penser à notre Église…  Elle vient d’avoir, les plus anciens s’en souviennent, un Été rempli de vie pastorale en notre société; il y a en vue un Hiver qui n’est  pas encore arrivé…  Mais nous sommes présentement dans un Automne.  Nous avons cueilli plein de fruits au Concile Vatican II comme dans nos synodes diocésains et ceux-ci nous aideront à passer l’Hiver, encore une fois.  Et reviendra un Printemps où l’Évangile, semé dans les sillons de notre culture  – qui change beaucoup, et ce n’est pas fini ! -, lui donnera nourriture de sens…  Jésus a dit qu’il sera toujours avec nous jusqu’à la fin des saisons (Mt28, 20)… et l’Église a traversé bien d’autres Hivers avec Lui !

L’automne, c’est aussi le temps de labourer les champs qui seront semés au printemps suivant.  Un des moyens pastoraux qui nous font espérer l’avenir, ce sont les pèlerinages.  Par ceux-ci, nous «labourons» notre cœur, nous le rendons ouvert à recevoir la Parole !  Aller au Tombeau du Christ ou sur celui des Apôtres, visiter les sanctuaires dédiés aux saints et saintes, s’arrêter dans les cimetières où reposent ceux et celles qui nous ont donné la vie et transmis la foi…  Tous ces hauts lieux nous font garder l’espérance !  Et on le voit concrètement avec ces gens qui témoignent et s’engagent au retour de ces Sorties de foi…

Oui notre monde a changé, encore une fois.  Mais la Parole de Dieu est toujours semée en notre terre par le Seigneur (Mc 4, 1-20).  Que cet Automne de l’Église soit rempli de réserves pour l’Hiver et du désir d’un Printemps avec encore de nouvelles pousses !

Christian Bourgault, ptre

Guide spirituel de l’Assemblée des Ordinaires Catholiques de la Terre Sainte et de la Commission épiscopal des pèlerinages chrétiens et prêtre-accompagnateur de Spiritours

24 octobre 2011 - Publié par Anne Godbout

Vous aimez notre site? Recommandez-le!


Ce blogue est une gracieuseté du Groupe Spiritours