Chaîne de solidarité et d’espérance : « Encore un pas de plus », de l’Abbé Guy Guindon pss

Encore un pas de plus…

L’été dernier, j’ai eu la chance d’accompagner un groupe sur le chemin de Compostelle. Ce fut toute une aventure, en quelques jours nous avons parcouru plus de 275 kilomètres. C’était ma deuxième expérience sur le chemin. La première fois, j’ai parcouru la distance du sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes en France à la ville de Burgos et la deuxième fois j’ai eu la chance de faire une partie du chemin côtier.
Plusieurs personnes m’ont demandé comment on peut faire le chemin. Je leur réponds simplement en faisant un pas à la fois et un après l’autre. À chaque fois que je fais ce chemin, j’ai toujours vécu une expérience singulière, unique. J’aime faire de la randonnée et j’adore me dépasser me donnant des objectifs de distance de plus en plus grands de jour après jour. Il m’est arrivé dans un de mes périples de faire plus de quarante kilomètres dans une même journée.

Mais mon exploit le plus grand ce n’est pas d’avoir fait une grande distance, mais c’est d’avoir pris le temps d’aider une personne à faire un pas de plus. Je me souviens à plusieurs occasions de me retrouver avec des gens qui me disait je n’en peux plus. J’arrête, ici j’ai soif, j’ai mal au pied, je ne suis plus capable, j’ai tout donné. Quoi faire ? La première chose que j’ai dû accepter de ne pas être performant. La deuxième chose c’est vivre et aimer l’autre tel qu’il est. Je me suis retrouvé dans un champ, dans une forêt loin des habitations, d’une source d’eau, loin de la route. Alors la seule chose que j’ai pu dire ; « faisons un pas ensemble, dis-moi qu’est-ce qui te fait mal ? Quelle est ta souffrance ? ». Alors en écoutant l’autre partager sa souffrance je l’invitais à faire un autre pas.
Ce qui m’a émerveillé à chaque fois, c’est en écoutant les cris et les souffrances de ceux qui n’était plus capables, sans s’en rendre compte il faisait un pas à la fois. Un pas à la fois, un après l’autre et ainsi on parcourait à notre insu un, deux, trois, quatre kilomètres et l’on arrivait au refuge où un repas chaud nous attendait. Aujourd’hui, ce n’est pas des kilomètres que nous avons à parcourir, ce sont des journées à vivre une à la fois, sachant que chaque journée vécue est une victoire, un pas de plus vers le refuge celui de la fin de la pandémie.

14 h 06 min - Publié par Anne Godbout

One Response to “Chaîne de solidarité et d’espérance : « Encore un pas de plus », de l’Abbé Guy Guindon pss”

  1. Carmella Labrecque dit :

    comme c’est important les personnes que l’on rencontre sur la route. Un pas à la fois.
    Merci de votre partage qui est émouvant et stimulant à la fois.
    Carmella



Vous aimez notre site? Recommandez-le!


Ce blogue est une gracieuseté du Groupe Spiritours