Croisière Vivre est un cadeau

(finaliste de notre concours 15ème anniversaire, catégorie 1; comment un voyage de Spiritours a transformé votre vie)

Décembre 2011, au port de Porto Rico, j’avance d’un pas incertain vers ce magnifique navire de Royal Caribbean. Mes yeux se remplissent d’eau et mon cœur s’accélère. Ca y est, je vais pouvoir relâcher toute cette pression et cette tristesse qui m’habitent depuis quelques mois. Je m’appuis quelques minutes sur la rampe d’embarquement, le temps que la file devant moi avance et que tous ses étrangers au air joyeux profitent de leurs vacances souvent très attendu dans l’année. J’aurais aimé en dire autant mais moi, j’ai choisi ce voyage pour me permettre de vivre quelques moments difficiles de ma vie. Son titre accrocheur (La Croisière Vivre est un cadeau) avait tout son sens. J’allais passer une semaine avec un groupe dont je ne connais pas et deux animateurs dont j’avais à peine entendu parler au paravent; Yves Groleau et David Bernard. Je ressentais cette poussé d’énergie et cette petite voix intérieur qui me disait, ça va aller … tu es à la bonne place.
Dès que je me suis installé dans ma cabine, rafraichi le visage et rechanger en vêtement estival et coloré, j’ai commencé à ressentir ce sentiment de quiétude. Que m’arrivait-il? J’avais choisi ces vacances pour me permettre de vivre enfin le deuil et pleurer toute cette peine que je gardais en moi depuis septembre. Chacun me disait : tu es forte. Ce n’est pas de ta faute. Relève-toi, tu n’aurais pas pu faire rien de plus. J’avais perdu un ami lors d’un saut de parachute que je coachais pour son 12e saut. J’étais une parachutiste avisé et tout avait été fait dans les règles de l’art mais la vie en a décidé autrement. Elle avait changé les plans et elle avait omis de m’en informer. Je n’avais pas le droit d’arrêter pour pleurer, le travail, mère de famille, les obligations et les enquêtes à répétitions. On devait trouver absolument un coupable ou une erreur, ou quelqu’un ou quelque chose à blâmer. Mais si il y avait rien ou personne à blâmer? Et si nous étions là seulement pour les accompagner vers ce passage?

Me voici sur le pont supérieur à admirer le paysage, la ville, les autres navires accostés. Je sens la chaleur réchauffer ma peau toute en douceur et pour la première fois depuis des jours, je souris. Dans moins d’une heure, je vais enfin rencontrer le groupe et les animateurs des conférences & ateliers de la semaine. Petit groupe de 14 qu’il allait être parfait. Des gens de toute part de la province de Québec, de milieu et domaines différents. Chacun avait son histoire et ses raisons d’être là en ce moment même. Des personnes uniques et rempli d’amour. Nous avons intuitivement connecté à chacun et une énergie de partage en a résulté. Je me sens bien et en confiance.

Le navire a lever son amarre et nous voguons sur la mer des Caraïbes. Première journée sur l’eau a été palpitante avec les conférences et ateliers organisés. Un beau travail sur soi. De plus, cela me donnait l’occasion de mieux connaitre mes compagnons de voyage. Des gens que j’ai gardés en liens avec les réseaux sociaux encore aujourd’hui en 2018 et que je continue de suivre leur mouvement de vie, année après année. La semaine de croisière a passé à une vitesse éclaire. Nous avons visité des lieux pittoresques, fait du catamaran, de la plongée en apnée dans des bancs de poissons multicolores, nager avec les dauphins, marché dans des ruelles de petit village rustique avec des pierres de champ comme pavage, magasiner chez les marchands locaux des souvenirs que ceux-ci avaient travailler de leur main, profiter des plages de sable fin, manger comme des rois et méditer sur toutes ses grâces que la vie nous donnes. Que du bonheur pur. Ce bonheur, nous le retrouvons partout dans notre quotidien mais il nous arrive parfois de ne plus le distinguer. Que voir ce voile sombre qui émerge de nos sentiments d’anxiété, peur, colère, douleur ou tristesse. Reconnaissons, les petits signes que la vie nous envoie tel ce bonjour énergique d’un enfant en traversant la rue, cet inconnu qui vous ouvre la porte à l’épicerie en vous voyant les mains pleins de sacs ou ce coup de téléphone d’une amie d’enfance qui pensait justement à toi.

Sincèrement, cette semaine m’a transformer car elle m’a montrer le côté merveilleux de gens qui m’ont acceptée tel que je suis, tel que je me présentait sans me juger ou critiquer. J’ai ressenti de l’amour sans condition, la bienveillance et le partage. Je vous aime tant mes amis (Lucie, Nancy, Jimmy, Liliane, David, Yves, Ginette, Lucie L)

Linda

17 h 21 min - Publié par Anne Godbout

Laisser un commentaire


Vous aimez notre site? Recommandez-le!


Ce blogue est une gracieuseté du Groupe Spiritours