Une invitation à créer un nouveau monde!

‘’Et si la fin du monde était plutôt le début d’une ère de paix et d’intériorité? »

(article publié dans Le Journal de Rue, Janvier 2013)
Par Josée Godbout, en collaboration avec René Marchand

Avant-propos
Josée Godbout est coach en leadership de vie et créativité. Elle agit entre autre comme formatrice accompagnatrice dans le cadre de voyages de ressourcement en collaboration avec l’agence Spiritours. Elle revient d’un séjour à Riviera Maya, au Mexique, avec 13 autres participants canadiens, au moment historique où la fin d’un cycle du calendrier maya a fait dire à plusieurs qu’il s’agissait de la fin du monde. Josée nous amène plutôt à considérer le point de vue des mayas, à savoir que la fin d’un cycle annonce en fait le début d’un nouveau monde … Ce passage symbolique est un moment opportun pour contempler la vie à l’intérieur et à l’extérieur de nous, de façon à mieux orienter nos vies dans des actions créatrice qui font surtout sens au cœur de nos vies.

Nous avons tous parlé abondamment de la fin du monde comme si, tout à coup, le 21 décembre, tout allait s’arrêter. Et pourtant, nous sommes tous encore là, bien vivants, avec les mêmes enjeux qu’avant. Comme l’affirment les mayas, cette date est d’abord celle d’un passage, de l’ascension vers un nouveau cycle, vers un nouveau monde. Et c’est là un temps, une étape importante pour prendre le temps de se ressourcer, de faire un bilan, de contempler objectivement ce qui a caractérisé les derniers millénaires et ce que nous souhaiterions voir émerger dans un nouveau cycle de 5125 ans.

Un temps idéal pour la contemplation

Dans un monde ou tout bouge à vive allure, où le temps semble s’accélérer, où on se sent parfois prisonnier dans le tourbillon des évènements de la vie et du quotidien ; la contemplation est salutaire. Elle apporte l’équilibre, favorise l’action créatrice, régénère, et procure clairvoyance et sérénité. La contemplation révèle la constante transformation qui s’opère en nous et autour de nous. En prenant conscience de ce qui se transforme, nous sommes plus aptes à nous adapter, à s’ouvrir aux opportunités de la vie et aux changements pour lesquels il serait avisé de se mobiliser.

Le 21 décembre dernier, dans le cadre d’un voyage de ressourcement intitulé : « De la contemplation à l’action créatrice », nous étions 14 canadiens à vouloir vivre ce passage de façon symbolique. J’y agissais à titre de formatrice accompagnatrice. Nous étions en plein territoire maya, plus précisément à la réserve de la biosphère de Sian Kaan, un territoire protégé par l’Unesco. Cet endroit, d’une superficie de 1,3 million d’acres, est le plus grand territoire protégé dans les Caraïbes du Mexique.

Vivre une expérience de contemplation parmi les mayas à cette période particulière de leur histoire, était riche d’enseignements… Les mayas ont été sévèrement pris à partie par les Aztèques qui les ont assujettis, puis par les espagnols qui voulaient les exterminer, et enfin par les mexicains qui voulaient les assimiler. Pourtant, leur culture est toujours vivante. Et comme la généreuse nature dans laquelle ils ont persisté à vivre, ils se sont adaptés en préservant leur vision de la vie.

Il faut avoir été avec les Mayas durant cette période pour comprendre que, pour eux, il n’a jamais été question de fin du monde avec la terminaison de leur calendrier. Les Mayas considèrent plutôt que la date du 21 décembre 2012 correspond à la fin d’une ère qui aura duré autour de 5125 ans, et qu’une autre ère s’amorce qui durera également pour une autre période de 5125 ans, ce qu’ils appellent aussi le  »long compte ». (pour plus de détails voir: http://kalarhythms.org/mayan-calendar/52-year-calendar-round.htm)

Les mayas estiment que la nouvelle ère sera axée sur la spiritualité, où l’on revient aux valeurs profondes, à celles de la terre et du respect des cycles de la nature. Il s’agit pour eux d’une invitation à une plus grande conscience, à plus de gratitude.

Pourquoi être allé à Riviera Maya?

Pour vivre l’expérience d’un passage, pour la thématique du voyage proposé : de la Contemplation à l’Action créatrice. Ces gens sont à des étapes de vie différentes et viennent pour des motifs différents. Ce qui est commun à tous c’est le goût de voyager autrement, et un désir profond de ressourcement.

C’est une opportunité pour réfléchir à des questions fondamentales : Qu’est-ce qui est important pour moi et à quoi ai-je envie de faire plus de place ? Si j’avais la possibilité de recommencer ma vie, qu’est-ce que je changerais ? Alors qu’est-ce qui m’empêche de le faire maintenant? Par quoi vais-je commencer aujourd’hui?

Ainsi, les participants à ce voyage souhaitaient donc vivre le passage du calendrier maya d’une façon symbolique en étant motivés par le désir d’expérimenter une situation significative dans leur vie, à contempler une situation particulière pour mieux orienter leurs actions futures.

Qu’en disent les participants ?

Françoise Séguin disait : ‘’Pour moi, ce passage est un appel à la confiance à plus grand que soi, à croire en ce que l’univers a de beau, de grand, de bon et de pur. Pour elle la cérémonie maya était un moment pour prendre conscience de l’abondance que procure la nature et remercier la Vie pour l’abondance, dans une gratitude intense.’’

Jeanne Binet, en voyage pour la première fois au Mexique, était aussi heureuse d’être présente à ce moment précis d’une cérémonie maya sacrée : « Leur capacité de voir ce que la terre nous donne ou que le soleil est énergie, dit-elle, m’a fait comprendre…autrement que nous faisons partie d’un tout. Et cela est très apaisant’’

Lors de la cérémonie Maya du 21 décembre, Jorge Machado, Maya disait : ‘’vous pourriez être n’importe où dans le monde aujourd’hui, en ce moment, et vous avez choisi d’être ici. Ce choix reflète le passage d’une ère à une autre‘’ Souhaitons que chaque jour de notre vie soit rempli de cette conscience d’avoir choisi, d’une façon ou d’une autre, d’être où je suis à ce moment-ci, afin de mieux vivre chaque moment comme un passage conscient vers celui qui suit.

Françoise enchaîne en disant : ‘’ J’ai davantage de gratitude envers toute cette nature qui m’est donnée. Je prends plus conscience de toute cette abondance et je m’en émerveille.’’

‘’… il nous faut être plus conscient du saccage que subit notre planète. Avec le réchauffement croissant de son atmosphère elle éprouvera de plus en plus de difficulté à respirer et nous-mêmes en seront affectés.’’ (Réjean)

Madeleine affirme : ‘’ La fin du monde…Les dieux Mayas ne sont pas des faiseurs de fin du monde…Ils offrent la vie qui vient du divin. Les seuls qui feront la fin du monde ce sont les humains s’ils ne changent pas…à commencer par chacun de nous dans notre unicité.’’

‘’ la contemplation, çà sert à faire réfléchir avant d’agir ; ça sert à éclairer sur les conséquences de nos actions, plus particulièrement en ce qui concerne l’impact de celles-ci sur le bien-être de nos futurs petits-petits enfants qui hériteront de notre planète’’.(Jean-François)

Et après tout, qu’est-ce que ça change ?

Un voyage, extérieur comme intérieur, pour la fin d’un cycle, pour la prise de conscience que de dire non à certaines choses dans ma vie devient essentiel. Un voyage pour réapprendre à dire oui à autres choses. A faire des choix conscients. Avec 2013 qui débute, c’est aussi le constat que notre destin est intimement lié à celui de la terre. Maintenant qu’on se souvient de tout ça à nouveau, c’est à chacun de choisir ce qu’il veut faire, concrètement, comme petit changement au quotidien. ‘’Notre destin nous appartient, il faut simplement avoir le courage de le saisir’’.

Bonne nouvelle ère!!!

N.B. Josée Godbout accompagnera un groupe à la Riviera Maya du 15 au 23 avril 2016!

22 h 25 min - Publié par Anne Godbout

One Response to “Une invitation à créer un nouveau monde!”

  1. Super intéressant comme article, bravo Josée!



Vous aimez notre site? Recommandez-le!


Ce blogue est une gracieuseté du Groupe Spiritours