LE CHEMIN REVISITÉ EN CONSCIENCE

(finaliste de notre concours 15ème anniversaire, catégorie 1; comment un voyage de Spiritours a transformé votre vie)

Août 2018. Je m’apprêtais à disposer de mes vieilles BOTTINES de marche, usées, trouées, avachies d’avoir tant cheminées. Étrangement, juste avant de m’en débarasser, je décidai de leur dédier une dernière réflexion.  Un geste aussi banal prenait une dimension toute particulière. Une manière de revisiter le CHEMIN me permettant  de réaliser l’essentiel, la TRANSFORMATION de la personne que je suis devenue.  Je me devais de les remercier. Un simple MERCI aurait été suffisant. Pas question! D’abord, elles ont été choisies soigneusement et je m’y suis attachée.  Dès la période d’entraînement préparatoire, parce qu’elles  m’ont accompagnées si précieusement, je leur en saurai toujours gré. Parce qu’ENSEMBLE, en avril 2013, nous avons posé le pas sur notre première coquille, emblème du chemin mythique de St-Jacques-de-Compostelle. Ensemble nous y avons laissé nos empreintes sur des centaines de kilomètres de sentiers empruntés  et marché sur de nombreux parvis et planchers d’églises. Ensemble nous avons reçu la Compostella et foulé le sol de  la majestueuse cathédrale de St-Jacques. Mes PIEDS ont bénéficié à maints égards de leur support. Mes bottines m’ont permis d’affronter des sols rocheux, boueux, des champs glaiseux, des ponts de pierre, des routes asphaltées, plusieurs journées de pluie, et j’en passe. Mes déplacements à pied de PÉLERIN, protégés par ces chaussures, se déroulaient en une marche  confortable. Et pourtant, malgré tous ces bons services, je les ai malmenées. La JOIE de défaire ses chaussures après une longue journée de marche, je me permettais souvent de les laisser dans leur coin, isolées, permettant ainsi à mes pieds un massage ou simplement de se délasser dans l’eau, redécouvrant  leur  LIBERTÉ et légèreté. Apprendre à les laisser représenta un exercice difficile au début du périple, et encore aujourd’hui, je les laisse aller avec une certaine nostalgie.  Développer une telle relation de confiance avec une paire de bottines… m’apprendra beaucoup sur l’attention porté où je me mets les pieds.  Je rigole d’écrire ces pensées en lien avec des chaussures défraichies.  Cependant à chaque jour,  je me donne rendez-vous pour aller à ma rencontre. J’affirme mes marches et souvent je débute en choisissant une intention du moment.   Voilà que maintenant,  cinq belles années se sont écoulées. Je me définis comme une marcheuse sereine. Marcher quotidiennement en PRÉSENCE DE SOI s’inscrit dans ma routine de bien-être. Sur le Chemin de Compostelle au printemps 2013, mon BONHEUR a été de constater que dans le simple geste de MARCHER, la vie me porte toujours à avancer. Quelqu’un m’a dit un jour : « On ne revient jamais tout à fait du chemin… ». Encore  habitée  par l’essence  ce CHEMIN, je sais maintenant que la vie place sur ma route plein de belles rencontres qui me permettent de GRANDIR et  me NOURRIR au sens large dans les diverses sphères de ma vie.  Vivre l’expérience de marcher sur le chemin de St-Jaques aura été un chemin d’ombres et de lumières. À la recherche de clarté dans ma vie embrouillée, j’ai reçu le plus beau CADEAU que l’on nomme PRÉSENT.

Plusieurs  projets dans ma vie personnelle ont émergés et d’autres cogitent. Jamais au grand jamais, un jour, j’ai pensé que je rédigerais un mot de remerciement  à mes bottines. Qu’il en soit ainsi, parce que je dois à nouveau en  magasiner une nouvelle paire! Octobre 2018. Un prochain départ  assez audacieux figure à mon agenda pour m’offrir  la rencontre de nouveaux horizons sur fond de sable, de dunes…le désert quoi!  Maintenant que le sort de mes bottines est fixé,  ce témoignage sur ma TRANSFORMATION intérieure serait incomplet sans saluer les LIENS envers les gens croisés lors du parcours initial. L’accueil, le sens de l’écoute, le partage, la générosité, l’entraide, la gratitude, la plénitude, la contemplation, la confiance en soi enrichissent  désormais mon chemin de RENCONTRES. Je ne suis jamais seule lorsque je marche. Le regard posé sur soi et ce qui m’entoure demeure à tout jamais changé.   La beauté dans le chemin des possibles, c’est que la LUMIÈRE prend sa place petit à petit et me permet de rayonner.

Tout récemment, je participais à un séjour aux sources de l’être au cœur de la nature dans les Laurentides. Marche méditative en forêt, PIEDS NUS, une expérience riche de sensations, la force du groupe des gens réunis, les temps de silence, de partage et de créativité m’ont permis d’y vivre des moments épanouissants. Hébergée sous la salle du Gong, ont résonné dans mon cœur : simplicité, intégrité, humilité, spontanéité, douceur et générosité. Au retour, une image forte m’est revenue en mémoire.  Un pont de pierre en Espagne sous lequel je m’étais arrêtée et reposée. Un ruisseau y faisait naturellement son chemin et me saluait de son  doux chant apaisant. À cet endroit précis, moment d’inspiration de grâce, Vibrations d’AMOUR et de PAIX.  Les animateurs du séjour, à l’image du pont, m’auront fait REVIVRE une belle histoire d’amour et de paix,  à la source de mon être. De ces pas de pieds chaussés de bottes sur le chemin de Compostelle, reliés à ceux qui ont marché librement, nus sur un sentier de montagnes  des Laurentides,  j’ai franchi un énorme  PONT et tracé mon CHEMIN. C’est le mien.

Merci  Ariane, Josée, Sylvie Alice, Nicole et David  et à toute l’équipe de SPIRITOURS!

Salutations et remerciements spéciales à Jacquelin Genois, Victorien Lévesque, Sylvie R. Marie-Claude, Brigitte, Suzanne, Nancy, Yvon et Josée. Malgré le fait que nous ne nous soyons jamais revus depuis le voyage de Compostelle,  ces personnes occupent  une place tout spéciale dans mon CŒUR.

Sylvie B.

21 h 02 min - Publié par Anne Godbout

Laisser un commentaire


Vous aimez notre site? Recommandez-le!


Ce blogue est une gracieuseté du Groupe Spiritours