Qu’est ce que les journées mondiales de la Jeunesse m’ont appris sur l’amour?

Panama nous a accueillis avec son soleil et sa chaleur. Les deux heures de route de l’aéroport Rio Hato jusqu’à la capitale furent agrémentées de chants, de plaisir et de fous rires.Les jeunes qui voyageaient avec moi étaient dynamiques, leur énergie était un avant-goût de ce qui m’attendait cette semaine.
En arrivant à notre paroisse d’accueil, nous avons été reçus avec des chants et de la danse. C’était déjà la fête! On nous a présenté aux familles qui ont généreusement accepté de nous héberger et chaque pèlerin est reparti dans sa famille d’accueil. J’ai fait la rencontre de la femme que j’allais appeler ma « maman du Panama », son anglais était moyen et mon espagnol aussi, mais on se comprenait et on s’aimait déjà. J’ai vu l’amour de Dieu à travers les nombreux bénévoles par la façon dont ils nous ont accueillis, dans leur pays, dans leur église et dans leur maison. Cela aura été mon introduction à la leçon d’amour qui m’attendait.
Le lendemain, c’était la messe d’ouverture avec le pape François. Ses paroles m’ont touchée, il disait: « Nous venons de cultures et de peuples différents, nous parlons des langues différentes, nous portons des vêtements différents. Chacun de nos peuples a vécu des histoires et des événements différents. Que de choses peuvent nous différencier ! Mais rien de tout cela n’a empêché de pouvoir nous rencontrer et de nous sentir heureux d’être ensemble. Cela est possible parce que nous savons qu’il y a quelque chose qui nous unit, il y a quelqu’un qui nous rapproche.
22 février 2019 - Publié par Anne Godbout

La vertu du mois février : l’amour

Cette injonction de l’abbé Pierre sonne comme le commandement du Christ : « tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Matthieu 22-39)

Faisons ensemble quelques pas avec l’abbé Pierre, celui qui quarante années durant chemina au nom d’un idéal simple et exigeant « Sers en premier le plus souffrant ». Il est l’une des grandes figures caritatives de notre temps, habité d’une tendresse et d’une bonté plus qu’humaines, il a donné au siècle écoulé tant d’amour.

Déjà les premiers philosophes le disaient, Pythagore avait pour devise « Plus que tout, respecte-toi toi-même » et plus tard c’est Aristote qui nous dira « l’homme vertueux a le devoir de s’aimer lui-même ».

La source de l’amour, ce qui lui donne son énergie, est dans l’amour de soi, voilà ce qui à mon sens est essentiel à comprendre, l’amour de soi est le fondement de l’amour.
On ne partage que ce que l’on a et puis s’aimer peut nous porter à ce degré de confiance où l’on ne craint plus la vie et où donner est source de joie.

5 février 2019 - Publié par Anne Godbout

Marcher, marcher à mon rythme sur les pas de Claire et François d’Assise
De la Foresta à La Verna.
M’installer, me déposer à Assise, me blottir en ce lieu béni.
User à mon tour les pierres polies de cette cité médiévale.
M’imprégner de la beauté de ses ruelles fleuries,
de son ciel clair et lumineux,
de son large horizon ouvrant sur la Plaine de l’Ombrie,
des clochers de ses Basiliques rappelant la vie de Claire et François.
Admirer la « Rocca » témoin encore de l’histoire guerrière de cette ville.
Me balader joyeusement à travers ces boutiques,
espérant y trouver un précieux souvenir qui me ferait plaisir
ainsi qu’à mes amis.

Parcourir ces ruelles cahoteuses vers les lieux de prière
Respirant le Souffle nouveau de Claire et François.

Porter en ma prière tous les enfants du monde
en ce lieu où naquit François.

Être émue en pénétrant les grottes profondes où François se réfugiait
pour s’ouvrir « pauvre de cœur» devant son Dieu et recevoir son amour.

1 février 2019 - Publié par Anne Godbout

Qui n’a pas un peu de broue dans le toupet à la fin d’une année et à l’approche de Noël? Le temps, si limité et si précieux, semble parfois en totale disproportion avec tout ce que nous avons à accomplir. De mon côté, je n’aime pas me sentir esclave du temps, toujours à la course et avec l’impression que mon système nerveux surchauffe.

Mais il faut être honnête : notre société de performance est complètement accro au stress! Oui, le stress est devenue une habitude de vie, une façon d’opérer et notre corps carbure allègrement aux chimiques qu’il produit. C’est-à-dire que même lorsque nous prenons la résolution d’être plus calme et plus posé, ça ne dure jamais longtemps et rapidement, on retombe dans une spirale où le mental se met à spinner, où nos nerfs s’emballent.

Tous autant que nous sommes, nous savons bien, au fond de nous, que de carburer ainsi à la tension n’est pas le meilleur service à rendre à notre corps…

Depuis quelques années, je m’intéresse au travail que fait le Heart Math Institute aux Etats-Unis, un groupe de scientifiques qui étudient le cœur en tant qu’organe énergétique. Les études qu’il mène depuis trente ans ont permis de mettre en lumière plusieurs faits intéressants sur le lien entre notre cœur, notre cerveau et nos émotions.

29 novembre 2018 - Publié par Anne Godbout

Vivre l’expérience d’une aventure transformationnelle sur les pas du livre « Mange, Prie, Aime »; une invitation à se déposer en Ashram en Inde, en quête de soi, laissant ainsi le secret de notre Être refaire surface.

Dix ans après sa sortie, le récit initiatique d’Elizabeth Gilbert « Mange, Prie, Aime » continue de faire des adeptes. Le livre qui a changé des vies. C’est l’un des plus grands succès littéraires des 50 dernières années. Vendu à des millions d’exemplaires, traduit dans plus de 30 langues, même 10 ans après son arrivée en librairie « Mange, Prie, Aime » suscite un engouement qui ne semble pas près de s’essouffler. Pourquoi ? Parce que oui, il y a des livres comme ça qui changent des vies.

Tout comme l’auteure à succès Elizabeth Gilbert, certaines personnes se sentent coincées dans des situations « d’inconfort confortable » ne voyant pas d’issue. L’idée de se faire confiance, de laisser aller la course folle, le stress et, à un moment donné, suivre son coeur. Apprendre à dire non et à se donner du temps. Lorsque le voyage au loin, invite au voyage intérieur. Une retraite en Ashram afin de se transformer et suivre sa voie intérieure.

14 novembre 2018 - Publié par Anne Godbout

Pendant 17 jours, nos vies respectives étaient sur pause et notre conscience s’invitait sans trop de mal à vivre le moment présent. Difficile de faire autrement lorsque chacune des journées qui se succédait nous amenait à rayonner autant que le soleil! Chacune était toujours la plus belle de notre vie!
Chaque seconde nous éblouissait, l’émerveillement nous envahissait à chaque endroit où notre regard se posait, le cœur s’emballait à chaque nouvelle vision colorée qu’exprimaient ces si belles personnes.
Comme de petits enfants, nous avions le sourire pendu aux lèvres, les yeux brillants devant toutes ces belles merveilles du monde et notre corps cherchait à s’éparpiller à travers tout cet espace.
Parfois le cœur se remplissait d’amour et de béatitude, parfois il pleurait la grande désolation qu’il pouvait percevoir. Dans tous les cas, ces visions et ressentiments nous apportaient autant de bienveillance, de compassion et d’ouverture sur ce nouveau monde.
Chacune de ces journées nous remplissait d’une complète satisfaction et nous procurait un sentiment de renouveau, comme si chaque jour nous permettait de renaître.
Renaître… tout à fait! Voir avec une toute nouvelle paire de lunettes. Ressentir avec le cœur qui s’agrandit sans cesse de plus en plus et qui se ressource d’un amour inconditionnel. Entendre clairement ce que notre âme nous chuchote de calme et d’apaisant. Goûter à toutes ces nouvelles saveurs qui rehaussent notre envie d’en connaître plus. Sentir les odeurs de ces racines indiennes qui nous procurent les émanations d’une toute autre source de vie.

Chaque journée était toujours la plus belle de notre vie! Ce qui est encore plus beau et extraordinaire, c’est que la magie de l’Inde a réanimé en nous cet engouement et envie de vivre pleinement, chacune des journées de notre vie comme la plus belle de toutes!

Martine Chalifour

 

Prochain départ pour le même circuit en Inde du nord avec Catherine Agostini en septembre 2019:
http://spiritours.com/boutique/aux-sources-de-letre/inde-du-nord-sept-2019/

 

 

5 novembre 2018 - Publié par Anne Godbout

Vous aimez notre site? Recommandez-le!


Ce blogue est une gracieuseté du Groupe Spiritours