RÉPONDRE À UN APPEL DU COEUR

“Écoute-ton coeur, il saura te guider.”
Une phrase que nous entendons si souvent lorsque nous devons prendre une décision.
Une phrase que je répète sans cesse à qui a besoin de l’entendre, incluant moi-même.
La voix du coeur, je l’écoute chaque jour davantage.
La voie du coeur, elle me guide si bien depuis que je lui laisse l’espace de s’exprimer en toute confiance.
Bien sûr, par moment, la tête, la raison, viennent freiner cet élan du coeur qui semble si fou, si irrationnel, si insécurisant ! Une pause qui m’aide à me réaligner, à écouter et à ressentir ce que mon Être tente de me communiquer.
Entre le coeur et la tête, le chemin est parfois congestionné, mais lorsque nous prenons le temps d’appuyer sur pause pour être dans le moment présent, tout redevient clair et fluide.
“Le chemin le plus long qu’un homme ait à parcourir au cours de sa vie est le chemin allant de la tête à son coeur.” Proverbe indien

**********

Il y a quatre ans, j’ai eu l’audace d’écouter la voix de mon coeur qui me criait si fort qu’il était temps de réaliser ce rêve de partir vivre à l’étranger pour embrasser ce qui est devenu un chemin spirituel. Avec le recul, je me rappelle que le doute venait de l’extérieur, des gens qui me transmettaient leurs insécurités, puisqu’au fond de mon être, je ressentais profondément que j’étais guidée à entreprendre ce grand changement de vie.

Ces appels du coeur ne sont pas le fruit du hasard. Que ce soit l’envie de découvrir un pays, de changer de carrière, d’entreprendre un projet pour se sentir utile, ces idées sont guidées. Les sensations de chaleur au coeur, les frissons qui remontent accompagnés d’un immense sourire au moment d’en parler, les signes de “coïncidences” qui se multiplient sont d’excellents indicateurs que nous vibrons en harmonie avec notre Être Supérieur, en harmonie avec l’Univers, en harmonie avec ce qui nous est destiné.

****

Il est plus facile d’avoir le sentiment de contrôler notre vie que de laisser la magie du destin intervenir.
Nous voulons à la fois de la stabilité et du changement.
Nous disons avoir la foi tout en ayant si peur de nous tromper.
Nous cherchons à être logique tout en écoutant notre petite voix.
Nous souhaitons trouver notre propre équilibre entre persévérer et lâcher-prise.
C’est seulement quand nous faisons le premier pas nécessaire pour suivre cet élan dicté par le coeur que nous comprenons pourquoi la vie nous a guidé vers cette voie. Et c’est à ce moment que peu à peu, nous sommes davantage en mesure de s’abandonner, à se faire confiance, à faire confiance à ce qui se présente.
Les dernières années à vivre comme nomade en Asie du Sud-Est ont grandement renforci ma foi. Je suis partie sans aucun plan excepté celui d’arriver à Bali et voilà que quatre ans plus tard, j’organise des retraites spirituelles à Bali, au Népal et en Inde au cours desquelles je partage la sagesse du Yoga et des cultures de ce coin du monde qui m’inspirent tant. Ces lieux m’ont choisi et le reste a suivi.
J’ai choisi de suivre le vent de l’intuition et de laisser la magie de la synchronicité se manifester. Quand nous avons la foi, tout se met en place sans pouvoir l’expliquer.
Puisque ce n’est pas de l’expliquer qui compte, mais de le vivre, de le ressentir, de l’expérimenter pour y croire. Croire que tout est possible malgré les vagues de doutes et de peurs.

Nathalie Richard
Kerala, Inde du Sud
11 décembre 2019

16 h 30 min - Publié par Jessica Malbet

Comments are closed.


Vous aimez notre site? Recommandez-le!


Ce blogue est une gracieuseté du Groupe Spiritours