Semaine Sainte: message chaîne de solidarité et d’espérance. Mr Alain Gélinas

Source : Pixabay

Quand le malheur nous frappe, comme c’est le cas présentement avec la covid-19, beaucoup sont portés à se tourner vers Dieu. Mais quel Dieu tentent-ils alors de rejoindre? Est-ce bien le Dieu de Jésus-Christ? Certains sont tentés de prier un Dieu qu’ils espèrent tout-puissant et qui d’un coup de baguette magique nous ramènerait à notre situation passée. Dans un tel cas, ces personnes risqueraient de ne rien apprendre des événements et continueraient à vivre comme avant, comme si rien n’était arrivé…
Nous pourrions certainement comparer ces personnes à ces gens qui se tournaient vers Jésus pour l’acclamer aux portes de Jérusalem car ils voyaient en lui le Messie attendu qui les délivrerait de la domination des Romains (Matthieu 21, 1-11). Toutefois comme la réponse attendue ne vient pas et comme Jésus ne correspond pas vraiment à leur image du Messie, au lieu de regarder s’ils n’ont pas une certaine responsabilité et s’ils n’ont pas à entreprendre eux-mêmes quelques actions concrètes, ils choisissent plutôt de se rebuter contre Jésus… Ils seront de ceux qui crieront : «Qu’il soit crucifié!» (Matthieu 27, 11-54). Se pourrait-il alors que ceux qui se tournent aujourd’hui vers ce Dieu tout-puissant en arrive aussi à désespérer et choisir par la suite de le rejeter? À moins qu’ils tournent contre eux leurs frustrations de ne pas être exaucés comme ils l’espéraient en se disant qu’ils n’ont pas assez la foi, qu’ils n’ont pas trouvé la bonne formule de prière, etc. Pourtant il serait faux de croire que Dieu nous laisse dans le malheur parce que nous ne sommes pas assez parfaits ou que nous n’ayons pas trouvé la bonne prière!


Si l’image de Dieu que nous pouvons espérer peut être celle de la Toute-Puissance, nous devons bien reconnaître qu’elle ne correspond pas vraiment à celle que Jésus nous révèle en ces jours saints! En effet, il est bien timide ce Messie qui est incapable de combattre les ennemis avec force, comme le roi David l’avait fait en son temps… Jésus a davantage pris les traits du serviteur souffrant (Isaïe 50, 4-7) et choisi le chemin de l’humilité (Philippiens 2, 6-11). De ce fait, Jésus incarne un Dieu qui prend à bras le corps notre faiblesse, notre vulnérabilité et qui se soumet aussi jusqu’à l’extrême à la liberté de l’humanité. Jésus n’a d’autre choix que d’entrer dans la mort afin de ne pas faire triompher l’image du Dieu tout-puissant, de ce Dieu tout-puissant dont nous rêvons et qui serait là à notre service, au service de notre puissance, de notre succès, et non de ce Dieu à qui nous avons le pouvoir et le devoir de nous remettre totalement entre ses mains, comme Jésus lui-même nous en donne l’exemple au jardin de Gethsémani.
Mais nous sommes constamment tentés de passer de la terre où nous sommes esclaves à la terre promise où coulent le lait et le miel sans passer par le temps de désert nécessaire à l’apprentissage de la liberté. Les jours saints qui débutent nous enseignent que nous ne pouvons vivre vraiment la résurrection que si nous prenons le temps de côtoyer Jésus et de partager son intimité, nous laissant toucher par son humilité alors qu’il se fait serviteur pour prendre soin de nos pieds blessés et salis par la poussière de nos péchés (Jeudi saint); que si nous prenons avec lui le chemin de la croix, accueillant notre réalité humaine avec toutes ses ambiguïtés et ses contradictions (Vendredi saint); que si nous passons à travers le silence de Dieu et l’apparence de l’absence de Dieu (Samedi saint).
Oui, laissons donc le Christ nous révéler son cœur très aimant, ainsi pour nous se déchirera le voile qui nous cachait le véritable visage de Dieu qui ne peut être connu qu’à travers le Crucifié. Et avec lui nous pourrons ressusciter ! 

Mr Alain Gélinas

17 h 28 min - Publié par Anne Godbout

6 Responses to “Semaine Sainte: message chaîne de solidarité et d’espérance. Mr Alain Gélinas”

  1. Denise Janelle dit :

    merci pour ce beau texte inspirant abbé Alain Gélinas

    Je partage ce qui m’a sauvé et qui me sauve quotidiennement:
    _ »Je crois en Toi mon Dieu
    J’espère en Toi mon Dieu
    Je t’aime mon Dieu »
    _Psaume 25  » Fais-moi connaître ta volonté et pardonne mes torts »
    _Mon premier voyage en Terre Sainte (2011) »Sur les Pas de Jésus »
    _

  2. Myriam Ross dit :

    Très beau texte! C’est tellement ça…

  3. Jean-Roch Gagnon dit :

    Oui, puissions-nous tous , ressusciter avec le CHRIST, à Pâques !! !

  4. « Quand le malheur nous frappe… »
    Déjà, les initiatives de rapprochement, de solidarité, de créativité à inventer un nouveau ‘vivre ensemble’ se multiplient.

    Wow !

    Alors, je vais commencer mon prochain article par ces mots: « Quand le bonheur nous frappe… »
    Tous ces cadeaux que la Covid-19 tient dans ses mains! C’est une abondance.
    Devrait-ce se faire sans déranger? Je peux toujours appeler ça « malheur », mais je prends de la distance et constate que les cadeaux sont déjà là, dans mes mains.

    La gratitude m’envahit. Et je suis disponible pour servir, me connecter à d’autres, demeurer dans le silence de la gratitude profonde pour CE QUI EST. Et ce qui est, c’est DIEU.

    Paix.

  5. fernand boutin dit :

    merci tres beau temoignage je suis totalement d,accord bonne journée

  6. René Godbout dit :

    Très belle réflexion, merci et Joyeuses Pâques!



Vous aimez notre site? Recommandez-le!


Ce blogue est une gracieuseté du Groupe Spiritours