Situation en Terre Sainte – lettre d’un prêtre à Jérusalem

Jérusalem, 15 août 2014

Cher pèlerins, chers amis,

Depuis Jérusalem, je vous souhaite tout d’abord une vraie fête de l’Assomption de sainte Marie ! Puisse-t-elle veiller sur les enfants de Dieu et en particulier sur l’Église au Proche-Orient ! C’est en effet l’Église-mère qui est touchée en ses fils et en ses filles fidèles depuis les origines au salut apporté par notre seigneur Jésus Christ.

Il fait beau et en septembre-novembre ce sera du bon temps approprié pour vivre un pèlerinage en Terre sainte, comme déjà tant de personnes du Québec ont pu
l’expérimenter et en revenir conforté. Bien évidemment, je comprends que les informations diffusées actuellement par les médias de masse ne montrent pas les beaux aspects de notre humanité : le conflit de ce mois écoulé laisse des traces de pertes considérables pour notre humanité que Dieu aime tant ! Pertes en vies humaines, en habitat, en lieux de vie sociale et en patrimoine : la révolte peut surgir mais l’intelligence doit modérer nos émotions et nos premières réactions. 

Par ce message je voudrais simplement signifier qu’aucun lieu saint évangélique n’a été abimé ni fermé cet été, pour la bonne raison que le conflit est très localisé sur la bande de Gaza au sud-ouest de la Terre sainte. Nullement donc dans la Galilée au nord, ni en Samarie au centre, ni même en Judée au sud de Jérusalem ! Et la région de Jérusalem et Bethléem est tout à fait accessible aux groupes de pèlerins ! Non seulement j’y vis avec mes confrères Dominicains et nos sœurs, mais j’y guide encore ce mois d’aout des jeunes étudiants de Belgique et de France, en plus de personnalités comme l’ancien ministre de la coopération belge, Réginald Moreels. Le jeune québécois franciscain de la Custodie, frère David, est sur place et pourrait d’ailleurs vous le confirmer sans souci.

Les approvisionnements en toute chose demeurent les mêmes, car le malheur est entièrement  ciblé sur un million de personnes de la bande et de la ville de Gaza. Cette bataille va s’arrêter par le lever du blocus imposé depuis 2006. C’est pourquoi je pense que les pèlerinages en automne 2014, peuvent avoir lieu. Il y assez de sécurité pour pouvoir prier, célébrer, méditer calmement et approfondir l’Écriture sainte sur le terrain de la Révélation et de l’église naissante.

Vous verrez par vous-mêmes le pays de Jésus et ne regretterez pas d’y être venus vivre ensemble un temps béni de pèlerinage Sur les Pas de Jésus.

Je vous assure de ma vigilance, mais également de ma plus cordiale bienvenue, in Christo.

Frère Christian Eeckhout, o.p.

N.B. Nous vous invitons aussi à visionner le vidéo suivant d’un pasteur américain sur place à Jérusalem : https://www.youtube.com/watch?v=k92mkntwUvE

 

16 h 00 min - Publié par Anne Godbout

One Response to “Situation en Terre Sainte – lettre d’un prêtre à Jérusalem”

  1. EECKHOUT dit :

    Tres bien !



Vous aimez notre site? Recommandez-le!


Ce blogue est une gracieuseté du Groupe Spiritours