Articles identifié au mot «Christian Bourgault »

L’ Église que nous formons en a traversé des crises de foi depuis ses 2000 ans d’existence! Et il semble qu’à tous les 500 ans, il en arrive une majeure : à la chute de l’Empire romain, après l’An mille, à la Renaissance… et maintenant! C’était de grands bouleversements dans les sociétés et cela s’est accompagné d’indifférence religieuse, comme si on n’avait plus besoin de Dieu, comme si la foi théologale n’était plus importante. On mettait tout au rencart. Mais lorsque venait le temps favorable, lorsque les mentalités étaient prêtes et qu’on voyait bien que ça ne pouvait plus continuer, l’Esprit Saint a soufflé et il y a eu des personnes qui se sont levées pour ramener le coeur des hommes à la foi en Dieu et à la vie de l’Évangile: les moines aux VIe et VIIe siècles; les Ordres mendiants aux XIIe et XIIIe siècles; les communautés religieuses aux XVIe et XVIIe siècles… Tous ces grands mouvements d’évangélisation qui montrent bien que le monde change, mais que Dieu veille et que lorsque les champs sont prêts, Il peut enfin semer sa Parole avec abondance, et tout recommence.

Nous sommes parvenus à un autre cycle de 500 ans…

12 novembre 2012 - Publié par Anne Godbout

Nous voici donc à l’automne.  L’été est passé avec ses nouvelles pousses; l’hiver s’en vient avec ses courtes journées et sa froidure.  Mais aujourd’hui c’est l’automne !  Plein des fruits, de graines, sont tombés sur le sol… et sont déjà promesses de nouvelles pousses au printemps prochain !

Ça me fait penser à notre Église…  Elle vient d’avoir, les plus anciens s’en souviennent, un Été rempli de vie pastorale en notre société; il y a en vue un Hiver qui n’est  pas encore arrivé…  Mais nous sommes présentement dans un Automne.  Nous avons cueilli plein de fruits au Concile Vatican II comme dans nos synodes diocésains et ceux-ci nous aideront à passer l’Hiver, encore une fois.  Et reviendra un Printemps où l’Évangile, semé dans les sillons de notre culture  – qui change beaucoup, et ce n’est pas fini ! -, lui donnera nourriture de sens…  Jésus a dit qu’il sera toujours avec nous jusqu’à la fin des saisons (Mt28, 20)… et l’Église a traversé bien d’autres Hivers avec Lui !

L’automne, c’est aussi le temps de labourer les champs qui seront semés au printemps suivant.  Un des moyens pastoraux qui nous font espérer l’avenir, ce sont les pèlerinages.  Par ceux-ci, nous «labourons» notre cœur, nous le rendons ouvert à recevoir la Parole !  Aller au Tombeau du Christ ou sur celui des Apôtres, visiter les sanctuaires dédiés aux saints et saintes, s’arrêter dans les cimetières où reposent ceux et celles qui nous ont donné la vie et transmis la foi…  Tous ces hauts lieux nous font garder l’espérance !  Et on le voit concrètement avec ces gens qui témoignent et s’engagent au retour de ces Sorties de foi…

Oui notre monde a changé, encore une fois.  Mais la Parole de Dieu est toujours semée en notre terre par le Seigneur (Mc 4, 1-20).  Que cet Automne de l’Église soit rempli de réserves pour l’Hiver et du désir d’un Printemps avec encore de nouvelles pousses !

Christian Bourgault, ptre

Guide spirituel de l’Assemblée des Ordinaires Catholiques de la Terre Sainte et de la Commission épiscopal des pèlerinages chrétiens et prêtre-accompagnateur de Spiritours

24 octobre 2011 - Publié par Anne Godbout

Par l’abbé Christian Bourgault

Au matin de Pâques (Évangile de la nuit de Pâques), Jésus dit aux femmes venues au tombeau :  «Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront.» (Mt 28, 10)

Avant d’envoyer ses disciples partout dans le monde, le Seigneur ressuscité les renvoie en Galilée; pourquoi ?  Pour qu’ils se souviennent de tout ce qu’il leur a enseigné.  Et Celui qui va leur faire souvenir de toutes ces Paroles de vie, c’est l’Esprit. (Jn 14, 26).

C’est toujours touchant lorsque nous vivons un pèlerinage sur les Pas de Jésus de voir comment l’Esprit nous touche !  En effet, nous entendons les Évangiles depuis longtemps, nous cherchons à les vivre…  Mais en Galilée, dans ces lieux qui ont pourtant bien changé depuis deux mille ans; ces endroits parfois où il y a trop de monde et de bruit à notre goût…  L’Esprit est là et désormais nous ne pouvons plus entendre ces Paroles de la même façon.  Il y a une «connexion» qui se fait chez bien des gens.  C’est certainement ce que les Apôtres ont eux-mêmes vécu et qui les a aussi poussés à revenir à Jérusalem pour là aussi se «ressouvenir», faire mémoire.  Et l’annoncer.  Ce n’est pas pour rien que depuis les commencements, les chrétiens ont gardé précieusement la mémoire de ces lieux où Jésus est passé.  En parcourant leur histoire on voit comment ils ont été préservés pour servir de lieux kérygmatiques et catéchétiques au moment favorable.

Je n’ai encore rien dit de l’Esprit Saint…  En fait, je ne peux que témoigner de sa Présence là-bas… pour l’avoir «rencontré».  Je sais que je n’écoute plus l’Évangile de la même façon, que je ne prie plus le chapelet ou le Chemin de Croix de la même façon.  Jésus est vivant aujourd’hui et lorsque nous prenons ce temps uniquement pour lui en sortant de chez nous, pour le rencontrer, pour entendre sa Parole, alors oui l’Esprit n’est pas un discours si théologique soit-il… mais Quelqu’un même de la Trinité qui vient en nous pour nous faire connaître Jésus et son Père.

……………………..

Christian Bourgault, prêtre au diocèse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière et guide spirituel de l’Assemblée des Ordinaires Catholiques de la Terre Sainte

L’abbé Christian Bourgault accompagnera un pèlerinage en Terre Sainte avec Spiritours du 24 octobre au 5 novembre 2011  Pour information : 514-374-7965, 1-866-331-7965, www.spiritours.com


29 avril 2011 - Publié par Anne Godbout

Vous aimez notre site? Recommandez-le!


Ce blogue est une gracieuseté du Groupe Spiritours