Articles identifié au mot «Inde »

Vivre l’expérience d’une aventure transformationnelle sur les pas du livre « Mange, Prie, Aime »; une invitation à se déposer en Ashram en Inde, en quête de soi, laissant ainsi le secret de notre Être refaire surface.

Dix ans après sa sortie, le récit initiatique d’Elizabeth Gilbert « Mange, Prie, Aime » continue de faire des adeptes. Le livre qui a changé des vies. C’est l’un des plus grands succès littéraires des 50 dernières années. Vendu à des millions d’exemplaires, traduit dans plus de 30 langues, même 10 ans après son arrivée en librairie « Mange, Prie, Aime » suscite un engouement qui ne semble pas près de s’essouffler. Pourquoi ? Parce que oui, il y a des livres comme ça qui changent des vies.

Tout comme l’auteure à succès Elizabeth Gilbert, certaines personnes se sentent coincées dans des situations « d’inconfort confortable » ne voyant pas d’issue. L’idée de se faire confiance, de laisser aller la course folle, le stress et, à un moment donné, suivre son coeur. Apprendre à dire non et à se donner du temps. Lorsque le voyage au loin, invite au voyage intérieur. Une retraite en Ashram afin de se transformer et suivre sa voie intérieure.

14 novembre 2018 - Publié par Anne Godbout

À distance, au lu d’un article entre autres, l’Inde peut se voir, se pressentir et se décrire de maintes façons. En fait il y a autant «d’Indes» qu’il y a de visiteurs, chacun en faisant son expérience personnelle.

Le haïku d’entrée en est un exemple. L’inde c’est à la fois l’émerveillement et à la fois sonore… très sonore même. Est-ce à dire qu’il n’y a pas de silence ? Non, mais ils sont rares… il faut savoir les cueillir et, parfois, les cultiver.

Pour quiconque y dépose le pied une première fois il y a aura sûrement un «Ah !» d’allégresse après un si long voyage en avion tout aussi rapidement suivi d’un «Ahhh !» de bonheur au réconfort de la chaleur… puis d’un autre «Ahhhhhh !» rassuré par la prise en charge d’un transport (climatisé, déjà) vers le lieu d’hébergement.

Lors d’une première sortie, il y aura beaucoup de «Oh !» devant le nouveau, devant l’inusité, devant l’inattendu, devant le tumulte, devant la surcharge d’informations et de stimulations tout autant qu’aux incessants contacts causés par cette surpopulation si plus qu’active.

Puis, aux premiers réels efforts de communication, il y aura ces «Hein ?» que l’oreille portera instinctivement à la bouche devant

4 février 2013 - Publié par Anne Godbout

Vous aimez notre site? Recommandez-le!


Ce blogue est une gracieuseté du Groupe Spiritours