Articles identifié au mot «journées mondiales de la jeunesse »

Qu’est ce que les journées mondiales de la Jeunesse m’ont appris sur l’amour?

Panama nous a accueillis avec son soleil et sa chaleur. Les deux heures de route de l’aéroport Rio Hato jusqu’à la capitale furent agrémentées de chants, de plaisir et de fous rires.Les jeunes qui voyageaient avec moi étaient dynamiques, leur énergie était un avant-goût de ce qui m’attendait cette semaine.
En arrivant à notre paroisse d’accueil, nous avons été reçus avec des chants et de la danse. C’était déjà la fête! On nous a présenté aux familles qui ont généreusement accepté de nous héberger et chaque pèlerin est reparti dans sa famille d’accueil. J’ai fait la rencontre de la femme que j’allais appeler ma « maman du Panama », son anglais était moyen et mon espagnol aussi, mais on se comprenait et on s’aimait déjà. J’ai vu l’amour de Dieu à travers les nombreux bénévoles par la façon dont ils nous ont accueillis, dans leur pays, dans leur église et dans leur maison. Cela aura été mon introduction à la leçon d’amour qui m’attendait.
Le lendemain, c’était la messe d’ouverture avec le pape François. Ses paroles m’ont touchée, il disait: « Nous venons de cultures et de peuples différents, nous parlons des langues différentes, nous portons des vêtements différents. Chacun de nos peuples a vécu des histoires et des événements différents. Que de choses peuvent nous différencier ! Mais rien de tout cela n’a empêché de pouvoir nous rencontrer et de nous sentir heureux d’être ensemble. Cela est possible parce que nous savons qu’il y a quelque chose qui nous unit, il y a quelqu’un qui nous rapproche.
22 février 2019 - Publié par Anne Godbout

Par Patrick Côté, ptre

J’étais étonné d’entendre dans ma paroisse des gens qui voulaient savoir comment avaient été mes vacances en Espagne. Je leur répondais que ce n’était pas des vacances, mais un pèlerinage. Plusieurs me diront que pendant ce voyage, il y a eu de bons moments et des visites de toutes sortes. Je ne peux le nier. Cependant, lorsque j’ai fait ce pèlerinage au Journées Mondiales de la Jeunesse à Madrid du 6 au 25 août 2011, je suis allé à la rencontre de quelqu’un. Et c’est le Christ.

C’est d’ailleurs le message central de ce rassemblement de plus de 1.5 millions de jeunes. Le pape a invité ces jeunes à se faire des intimes du Christ. Il a expliqué au monde, que les jeunes étaient d’abord rassemblés pour rencontrer le Christ. Et ces jeunes ont perçu dans la personne du pape, le Christ vivant. Dans une société comme la nôtre qui rejette tout leadership ou bien toute autorité, des jeunes du monde ont proclamé sans faille leur attachement au pape. Les « Benedicto » chantés sans relâche étaient un cri du cœur. Dans notre groupe, nous avions beaucoup de jeunes dont c’était la première expérience aux JMJ, et qui ont été très impressionnés par l’atmosphère qui régnait durant ces rassemblements à la Plaza Cibeles ou bien à la messe de clôture.

Ma rencontre avec Jésus-Christ s’est passée à un niveau plus intérieur. J’ai aussi rencontré le Christ. C’est à travers l’émerveillement des jeunes du groupe. C’est à la solidarité de deux groupes qui se sont réunis et qui ont fusionné. C’est à la fraternité que ces jeunes ont pu développer dans des conditions parfois difficiles. C’est de voir le dépassement qu’ils ont accomplis pour  arriver à la fin du voyage. J’ai appris la leçon et elle a été longue à apprendre. Cette leçon, c’est que les jeunes ont soifs de Dieu et qu’ils ont soifs de témoins. Ils ont soifs que les adultes s’intéressent à eux. Ils sont beaux à l’intérieur. Ils sont pleins de vie et ils méritent que je leur accorde mon temps.

1 novembre 2011 - Publié par Anne Godbout

Vous aimez notre site? Recommandez-le!


Ce blogue est une gracieuseté du Groupe Spiritours