Articles identifié au mot «Tourisme religieux »

CompostellePar: Marilyne Arpin, accompagnatrice sur le Chemin de Compostelle avec Spiritours

À 20 ans, je prenais un billet d’avion ouvert un an pour l’Europe dans le but de me découvrir. Cinq jours avant mon départ, quelqu’un me parla du Chemin de Compostelle et je décidai que ce pèlerinage ferait parti de mon aventure.

Par ce témoignage, je n’ai pas la prétention de vous dire que faire le Chemin est LA route à suivre, mais plutôt, je viens vous livrer mon expérience, de comment il a su me transformer. Pourquoi ce besoin d’aller chercher au loin ce que nous pouvons trouver dans notre salon? Lorsque nous enjambons cette route conduisant à Jacques, nous ne sommes plus M./ Mme untel, exerçant telle profession, mais devenons un homme/ femme, marchant vers un but encore lointain, ne laissant pour choix d’autres conditions que celle de pèlerin. Cette soif inexplicable d’entreprendre le long chemin menant à Santiago, chacun a certes ses raisons de marcher et suivre cet appel vers l’apôtre.  Isolé de toutes distractions de la vie quotidienne, Compostelle nous permet de renouer avec soi et de faire le vide du tourbillon de la vie en permettant de se remplir du silence qu’offre le Chemin.

Les ampoules ont accompagné mes premiers jours de marche, et j’ai appris que vouloir, ce n’est pas toujours pouvoir. Mais, j’avais le choix; prendre le premier train et rebrousser chemin, ou encore, repousser mes limites et apprendre à me surpasser. J’y ai découvert la force de croire et de faire confiance que le Camino m’offrirait ce dont j’avais besoin, que ce soit d’un lit une fois arrivée à bon port ou quelque chose me mettre sous la dent chemin faisant.

Selon moi, Le Chemin commence une fois qu’on le croit terminé. Ce que l’on ressent, les leçons de vie que l’on apprend, ne sont pas tangibles; toutefois, elles demeurent en nous et les expériences vécues contribuent à changer notre perception de la vie. Aujourd’hui encore, je reste à l’écoute de ma voie intérieure, avec qui j’ai dialogué sur les sentiers et qui m’a indiquée les flèches à suivre, pour poursuivre mes projets du quotidien. À vous, chez lecteurs, je vous le demande à mon tour : en quoi  êtes-vous à l’écoute des signes qui vous entourent afin de parcourir votre propre Pèlerinage?

14 juillet 2011 - Publié par Anne Godbout

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que les quatre sanctuaires nationaux du Québec et les quatre associations touristiques régionales (ATR) concernées réalisent un premier plan de commercialisation touristique conjoint de leurs lieux de culte soit l’Oratoire Saint-Joseph, le Sanctuaire Sainte-Anne-de-Beaupré, le Sanctuaire de Notre-Dame-du-Cap et l’Ermitage Saint-Antoine de Lac-Bouchette. Ce plan a permis notamment d’avoir pour une première fois un kiosque a l’exposition annuelle de la World Religious Travel Association (WRTA) tenue du 13 au 16 novembre 2010 au Palais des congres a Montréal, de mettre en ligne un site Internet conjoint (www.sanctuairesquebec.com) et de produire une brochure promotionnelle commune en français et en anglais.  L’objectif vise par le déploiement de ce plan d’action dynamique est évidemment de faire du Québec une des destinations de tourisme religieux les plus prisées du monde de par la qualité de son patrimoine unique, a commencer par ses quatre sanctuaires.  Selon des données récentes, les quatre grands sanctuaires nationaux du Québec attirent ensemble chaque année quelque trois millions de visiteurs, devenant ainsi la première attraction touristique du Québec!
(extrait du communique L’Ami du frère André, publie par L’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal)

1 juin 2011 - Publié par Anne Godbout

Le 17 avril dernier, Madame Anne Godbout présentait, à la cathédrale de Québec, une conférence intitulée « Le tourisme spirituel et religieux contemporain » dans le cadre de la sixième et dernière Conférence Notre-Dame de la saison 2011.

La directrice et fondatrice de Spiritours y a d’abord rappelé ce qui l’a amené à créer, voilà huit ans, une agence entièrement dédiée aux voyages de ressourcement. Puis elle a donné quelques exemples de ce qu’est le tourisme spirituel et religieux contemporain. Dans son exposé d’une quarantaine de minutes, elle a également apporté un éclairage particulier aux concepts d’économie de communion, de spiritualité, de pèlerinage, de tourisme religieux et de tourisme équitable.

Madame Godbout, dont l’agence fait maintenant voyager en moyenne 1500 personnes par année, a conclu son allocution en soulignant l’influence majeure que le mouvement des Focolari a exercé dans sa vie et  dans sa manière d’entrer en relation avec ses employés, ses fournisseurs, ses clients et même ses compétiteurs… Un entretien à voir et à revoir sur le portail média ECDQ en cliquant ici.

28 mai 2011 - Publié par Michel Lizotte

Depuis avril, Spiritours compte une stagiaire très méritante dans son équipe : Mme Caroline Blais, finissante de l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ).

En effet, en conclusion de ses études, Caroline, 19 ans, devait monter un projet touristique de son choix. Elle s’intéresse alors à la route des églises et découvre Spiritours grâce à une amie de sa mère ayant voyagé à Rome avec l’agence.  Spiritours lui offre alors de monter un pèlerinage de six jours à Montréal, un défi que Caroline relève avec brio, son projet, présenté au panel de professeurs de l’ITHQ, lui valant de se retrouver parmi dix finalistes. La jeune femme, native de St-Constant, remporte finalement une bourse d’excellence de 1000$ après avoir été favorisée par un jury formé de divers représentants de l’industrie touristique.

Caroline complète aujourd’hui un stage de près de deux mois chez Spiritours. Elle compte en septembre s’envoler en Europe où elle désire réaliser un voyage de trois mois avec son sac à dos. Félicitation à cette jeune femme très méritante pour l’honneur qu’elle vient de recevoir et pour son beau travail.

27 mai 2011 - Publié par Michel Lizotte

Par l’abbé Christian Bourgault

Au matin de Pâques (Évangile de la nuit de Pâques), Jésus dit aux femmes venues au tombeau :  «Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront.» (Mt 28, 10)

Avant d’envoyer ses disciples partout dans le monde, le Seigneur ressuscité les renvoie en Galilée; pourquoi ?  Pour qu’ils se souviennent de tout ce qu’il leur a enseigné.  Et Celui qui va leur faire souvenir de toutes ces Paroles de vie, c’est l’Esprit. (Jn 14, 26).

C’est toujours touchant lorsque nous vivons un pèlerinage sur les Pas de Jésus de voir comment l’Esprit nous touche !  En effet, nous entendons les Évangiles depuis longtemps, nous cherchons à les vivre…  Mais en Galilée, dans ces lieux qui ont pourtant bien changé depuis deux mille ans; ces endroits parfois où il y a trop de monde et de bruit à notre goût…  L’Esprit est là et désormais nous ne pouvons plus entendre ces Paroles de la même façon.  Il y a une «connexion» qui se fait chez bien des gens.  C’est certainement ce que les Apôtres ont eux-mêmes vécu et qui les a aussi poussés à revenir à Jérusalem pour là aussi se «ressouvenir», faire mémoire.  Et l’annoncer.  Ce n’est pas pour rien que depuis les commencements, les chrétiens ont gardé précieusement la mémoire de ces lieux où Jésus est passé.  En parcourant leur histoire on voit comment ils ont été préservés pour servir de lieux kérygmatiques et catéchétiques au moment favorable.

Je n’ai encore rien dit de l’Esprit Saint…  En fait, je ne peux que témoigner de sa Présence là-bas… pour l’avoir «rencontré».  Je sais que je n’écoute plus l’Évangile de la même façon, que je ne prie plus le chapelet ou le Chemin de Croix de la même façon.  Jésus est vivant aujourd’hui et lorsque nous prenons ce temps uniquement pour lui en sortant de chez nous, pour le rencontrer, pour entendre sa Parole, alors oui l’Esprit n’est pas un discours si théologique soit-il… mais Quelqu’un même de la Trinité qui vient en nous pour nous faire connaître Jésus et son Père.

……………………..

Christian Bourgault, prêtre au diocèse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière et guide spirituel de l’Assemblée des Ordinaires Catholiques de la Terre Sainte

L’abbé Christian Bourgault accompagnera un pèlerinage en Terre Sainte avec Spiritours du 24 octobre au 5 novembre 2011  Pour information : 514-374-7965, 1-866-331-7965, www.spiritours.com


29 avril 2011 - Publié par Anne Godbout

Texte : Lise L. Fauteux

Quel beau voyage j’ai fait avec vingt et un autres pèlerins.  Avec les textes bibliques lus et commentés par Daniel (notre prêtre), avec les explications détaillées de l’histoire antique des sites par Théa (notre guide), le tout agrémenté de chants, on a marché dans les pas de Jésus de sa naissance à sa résurrection.

On a vécu des moments intenses qui nous ont fait comprendre qu’il faut lâcher prise parce que Jésus est toujours avec nous.  Quand on renouvelle nos promesses de baptême les pieds dans l’eau du Jourdain, cela ravive notre foi.  On fait une marche méditative au Mont des Béatitudes.  Nous visitons Qumran où on a retrouvé, au siècle dernier, les rouleaux des textes bibliques.  On se baigne dans la mer morte, une eau saturée de minéraux qui fait qu’on flotte.  On fait une croisière sur le lac Tibériade.  On visite le Mont des Oliviers, les jardins et la grotte de Gethsémanie, site panoramique sur Jérusalem.  On revit la tradition des Juifs au Mur occidental ou Mur des Lamentations.  Le Mur est le lieu de recueillement, de prières et d’espoir pour le peuple qui vient y prier.  Beaucoup de sites, d’églises, de grottes, de musées nous ont émerveillés et meublés nos connaissances.

Le dernier soir on a couché à Tel Aviv près de la Méditerranée.  C’était impressionnant de voir les flots si agités ce soir-là.  Tel Aviv est la ville comparée à New York ou Paris pour sa variété de boutiques, de restaurants et de loisirs.  C’est plus facile d’entrer en Israël que d’en sortir.  À l’aéroport de Tel Aviv il faut « montrer patte blanche » parce que pour notre sécurité on est examinés trois fois.

Nous avons vécu aussi des moments relaxants, drôles, des surprises qui nous ont fait apprécier notre pasteur et notre historienne.  Avec notre généreux Christian qui accompagnait tous nos chants à la guitare, on a savouré des heures inoubliables.  Le pèlerinage m’a permis de comprendre d’une façon plus élargie les Évangiles lus dans ces sites sacrés.

Guidés, entourés et sécurisés par Daniel et Théa, on est devenu une grande famille qui a partagé des émotions et des échanges hors du commun.

Ce fut un beau voyage, un grand pèlerinage que je referai peut-être une autre fois.

14 mars 2011 - Publié par Anne Godbout

Vous aimez notre site? Recommandez-le!


Ce blogue est une gracieuseté du Groupe Spiritours