Articles identifié au mot «voyages de ressourcement »

Lorsque j’annonce à mes proches que je pars pour un pèlerinage en Terre Sainte les gens me souhaitent bonne vacances ou bien me disent : reposez-vous M. le curé, profitez-en bien!

Tout cela me touche mais en même temps me fait réfléchir sur le sens que je donne à accompagner des groupes pour leur faire vivre des pèlerinages. Cela m’amène toujours à me poser la question : pourquoi j’organise ce genre d’expérience?

Pour moi un pèlerinage c’est une grande aventure qui m’amène à méditer sur le sens même de ma vie et comment ma foi en est le fondement.

Nous portons tous de grands questionnements à l’intérieur de nous. En ce sens nous sommes tous dans la même barque, le même bateau, celui de la vie. Où va notre vie, dans quel sens le vent nous entraine-t-il? La vie va vite comme on dit souvent. Le temps passe à une vitesse vertigineuse et nous sommes souvent étourdis, pressé par ce temps. Nous n’avons pas le temps de comprendre où nous mène le temps. Voilà pourquoi un pèlerinage devient une source extraordinaire pour s’arrêter, pour prendre du bon temps. Un peu comme Jésus disait à ses amis : Venez à l’écart dans un lieu désert et reposez-vous un peu. (Marc 6, 30-33)

Un pèlerinage c’est un temps que je me donne pour aller à l’écart, pour prendre

28 février 2012 - Publié par Anne Godbout

Marcher en silence dans le désert est une des plus haute forme de méditation qui existe. Le désert nous propose d’une part, le dénuement complet et, d’autre part, une multitude de richesses insoupçonnées. Il permet de prendre une pause, un temps d’arrêt et de s’extirper de notre mode de vie occidental, mode de vie dit « civilisé ». Le désert, c’est un paysage à couper le souffle, des dunes à perte de vue, un silence. On ressent une grande paix dans le désert où tous nos repères habituels s’évanouissent pour faire place à une nouvelle réalité intérieure.
Ginette Gaudreault


De fines rides apparaissent sur le lit du lac. Le vent se lève.
Ainsi, l’invisible se rend visible à l’oeil…
Mémoire d’un vieux conte zen.
À 600 milles à l’heure1

Par Guy J. Giguère

C’est un peu là où je me situais, du moins où je pensais me situer, tant personnellement que professionnellement, lorsque j’ai débuté une certaine recherche pour un moment de calme, un lieu de paix.

Février 2004 et je terminais à peine un cycle d’un an qui m’avait apparu infernal : la fin d’une relation avec une personne qui m’était chère, le démarrage d’une petite entreprise de service jumelé au départ prématuré du seul associé, une redéfinition de l’objectif professionnel – une crise et une quête de sens tout à la foi – et, au tournant, la cinquantaine qui commençait à me narguer.

Bref, TOUT allait trop vite et j’avais l’impression de ne rien contrôler, d’être en pleine chute libre. Pour quelqu’un qui aime bien le plancher des vaches, c’est une sensation assez désagréable, parfois affolante… proche de la panique même. Il était temps réduire la vitesse. Mieux encore j’avais besoin d’une pause pour faire le point

J’avais toujours rêvé du Sahara !…Et c’est à ce moment, en furetant sur Internet et en y joignant mes mots clés ¨Sahara, méditation et paix¨ que j’ai découvert Spiritours… des tours pour la spiritualité ? Des voyages de ressourcement…c’était justement ce dont j’avais besoin. Un premier contact amical, une rencontre empreinte de simplicité m’a convaincu de ce désir d’aller marcher dans le désert et retrouver l’essentiel… en moi !

12 novembre 2011 - Publié par Anne Godbout

Le voyagiste Spiritours spécialisé dans les voyages de ressourcement invite les agents de voyage au lancement de sa toute nouvelle brochure édition 2012, le mardi 8 novembre, 18h, au musée Marguerite Bourgeoys, dans le Vieux-Montréal et le lundi 21 novembre, 18h, au musée des Ursulines de Québec (sur réservation seulement).  Au programme: cocktail, présentation, visite du musée et tirage de prix de présence.  À Montréal découvrez l’exposition Ultreïa, En marche pèlerin, une magnifique exposition temporaire sur les pèlerinages présentée jusqu’en décembre 2011. A Québec découvrez deux expositions permanentes consacrées, l’une à la mission d’éducation des filles, et l’autre à l’histoire de son bâtiment et de ses racines archéologiques.

La nouvelle brochure de Spiritours, abondamment illustrée de 44 pages, présente plusieurs nouveautés : Inde du nord, Pologne, Lourdes et sanctuaires du sud de la France, Riviera Maya (Mexique), Dublin (Irlande – où se déroulera le Congrès Eucharistique International de 2012) et enfin la Côte-Nord, plus près de chez-nous.

Spiritours s’associe également à des partenaires célèbres pour deux voyages associés : d’abord avec le télédiffuseur Télévision Sel et Lumière pour un séjour en Israël et Jordanie en septembre 2012, puis avec l’abbé Raymond Gravel, accompagnateur d’un voyage en Turquie, en mai prochain. Pour obtenir une copie gratuite de cette brochure ou pour réserver votre place au lancement contacter directement Spiritours: 514-374-7965 ou info@spiritours.com.

14 octobre 2011 - Publié par Michel Lizotte

Heureux, le visage détendu et épanoui, les membres du groupe retournent dans les jardins tropicaux de leur hôtel après une expédition dans une forêt humide du Costa Rica. Après avoir partagé un repas avec la famille qui y vit depuis plus de 40 ans, ils se sont rendus à cheval jusqu’à une chute majestueuse qui explose littéralement au coeur de la jungle. Encore habités par la puissance du lieu et l’expérience qu’ils y ont vécue, ils se retrouveront seuls pour un moment de réflexion avant de se regrouper à nouveau pour échanger leurs impressions.

Cette journée fait partie d’un programme d’une semaine qui combine des écoaventures et des activités récréo-éducatives à des ateliers stimulants conçus pour aider les voyageurs à « se découvrir par la Nature ». Mais, que recherchent ces voyageurs et pourquoi le Costa Rica?  En fait, ce petit pays sans armé et pas plus grand que la Suisse est la région la plus intense et la plus biologiquement diversifiée sur terre. C’est donc l’endroit idéal pour vivre un véritable voyage de transformation soit, une exploration intérieure – dans les profondeurs de notre nature créative – et une odyssée extérieure – dans la luxuriance tropicale et mystérieuse de ce pays enchanteur.

4 octobre 2011 - Publié par Anne Godbout

CompostellePar: Marilyne Arpin, accompagnatrice sur le Chemin de Compostelle avec Spiritours

À 20 ans, je prenais un billet d’avion ouvert un an pour l’Europe dans le but de me découvrir. Cinq jours avant mon départ, quelqu’un me parla du Chemin de Compostelle et je décidai que ce pèlerinage ferait parti de mon aventure.

Par ce témoignage, je n’ai pas la prétention de vous dire que faire le Chemin est LA route à suivre, mais plutôt, je viens vous livrer mon expérience, de comment il a su me transformer. Pourquoi ce besoin d’aller chercher au loin ce que nous pouvons trouver dans notre salon? Lorsque nous enjambons cette route conduisant à Jacques, nous ne sommes plus M./ Mme untel, exerçant telle profession, mais devenons un homme/ femme, marchant vers un but encore lointain, ne laissant pour choix d’autres conditions que celle de pèlerin. Cette soif inexplicable d’entreprendre le long chemin menant à Santiago, chacun a certes ses raisons de marcher et suivre cet appel vers l’apôtre.  Isolé de toutes distractions de la vie quotidienne, Compostelle nous permet de renouer avec soi et de faire le vide du tourbillon de la vie en permettant de se remplir du silence qu’offre le Chemin.

Les ampoules ont accompagné mes premiers jours de marche, et j’ai appris que vouloir, ce n’est pas toujours pouvoir. Mais, j’avais le choix; prendre le premier train et rebrousser chemin, ou encore, repousser mes limites et apprendre à me surpasser. J’y ai découvert la force de croire et de faire confiance que le Camino m’offrirait ce dont j’avais besoin, que ce soit d’un lit une fois arrivée à bon port ou quelque chose me mettre sous la dent chemin faisant.

Selon moi, Le Chemin commence une fois qu’on le croit terminé. Ce que l’on ressent, les leçons de vie que l’on apprend, ne sont pas tangibles; toutefois, elles demeurent en nous et les expériences vécues contribuent à changer notre perception de la vie. Aujourd’hui encore, je reste à l’écoute de ma voie intérieure, avec qui j’ai dialogué sur les sentiers et qui m’a indiquée les flèches à suivre, pour poursuivre mes projets du quotidien. À vous, chez lecteurs, je vous le demande à mon tour : en quoi  êtes-vous à l’écoute des signes qui vous entourent afin de parcourir votre propre Pèlerinage?

14 juillet 2011 - Publié par Anne Godbout

Le 17 avril dernier, Madame Anne Godbout présentait, à la cathédrale de Québec, une conférence intitulée « Le tourisme spirituel et religieux contemporain » dans le cadre de la sixième et dernière Conférence Notre-Dame de la saison 2011.

La directrice et fondatrice de Spiritours y a d’abord rappelé ce qui l’a amené à créer, voilà huit ans, une agence entièrement dédiée aux voyages de ressourcement. Puis elle a donné quelques exemples de ce qu’est le tourisme spirituel et religieux contemporain. Dans son exposé d’une quarantaine de minutes, elle a également apporté un éclairage particulier aux concepts d’économie de communion, de spiritualité, de pèlerinage, de tourisme religieux et de tourisme équitable.

Madame Godbout, dont l’agence fait maintenant voyager en moyenne 1500 personnes par année, a conclu son allocution en soulignant l’influence majeure que le mouvement des Focolari a exercé dans sa vie et  dans sa manière d’entrer en relation avec ses employés, ses fournisseurs, ses clients et même ses compétiteurs… Un entretien à voir et à revoir sur le portail média ECDQ en cliquant ici.

28 mai 2011 - Publié par Michel Lizotte

Vous aimez notre site? Recommandez-le!


Ce blogue est une gracieuseté du Groupe Spiritours